LES MÉTIERS DU MARCHÉ DE L'ART
NOUVELLE GARDE
RÉVÉLATIONS
COMPENSATION & BENEFITS
CHALALA

NOUVELLE GARDESophie CAVALIEROLe Lézard Noir
»

RÉVÉLATIONSSophie CAVALIEROLe Lézard Noir
»
nouvelle_garde_couverture

Author
Sophie CAVALIERO

Format
Bilingual (French / English)
312 pages
Colour
23cm x 23cm

Released in October 2011

Press contact
contact@lezardnoir.org

Diffusion-Distribution
Harmonia Mundi

Publisher
Le Lézard Noir

Buy online

ABOUT

This book is born out of the passion of Sophie CAVALIERO, a collector of Japanese contemporary art who could find little to no French writings related to the artists and artworks she discovered.

While introducing fifty or so Japanese artists in thematic chapters, the art collector narrates the emergence, these last two decades, of a new generation of Japanese artists, a NOUVELLE GARDE.

This generation is faithful to age-old traditions – whether in form or in content – and yet also innovative, as it incorporates new tools and means of expression. Japan’s traditional hand craft techniques and their learning from master craftsmen are still upheld by current artists, not as much from transmission in school as from real care taken in the methods of production and the choice of materials used. These art works, however, deal with more up-to-date subject matters, as the artists tackle more prominent concerns of Japanese contemporary society, such as violence, next generations’ future or women’s status in society.

Violence nowadays is far too shocking to be carelessly exposed in art, so artists resort to ancient art forms to deal with these contemporary issues. Other popular art forms such as animation and manga are also means for artists to distance themselves from this violence. Its source can be traced back to the most scarring historical event of the 20th century, the dropping of the two atomic bombs, which still haunt today’s mass consciousness with fears of nuclear holocaust and its consequences on humanity’s survival. These traumatic issues also lead artists to raise questions about the environment and the future of both the planet and the next generations. The shape of the mushroom cloud has since become a recurring image on the Japanese art scene, as significant as the circle or the square might be to Western society. Formerly a symbol of death, the mushroom now symbolizes the act of creation and regeneration.

In addition to such grave concerns, the status of women in Japanese society is questioned in a subtler but just as powerful manner. From a fantasised feminine absolute to everyday Japanese women, the answers provided by this new generation of artists open up the complexity and ambiguity of a society which is both firmly rooted in its traditions and facing the results of the hastened modernisation of its lifestyle. Contemporary Japanese art cannot escape these issues yet provides new and unexpected responses thanks to the rise in numbers of women artists.

Beyond such social issues, the questions of aesthetics and the search for an integral artistic identity are raised. Finally, some of the artists introduced, unlike their contemporary Western counterparts, pay particularly close attention to the use of decorative motifs as understood in the Japanese sense of the term, without any real distinction made between crafts and Fine art. They base their practice on rituals of physical or psychological nature. Their artistic pursuits reflect the new perceptions of reality as provided by contemporary society and raise again the question of what’s sacred in art.

In NOUVELLE GARDE we follow the path of Sophie Cavaliero, who introduces us to the radical changes currently occurring on the Japanese art scene.

POSTFACE
Art in Japan after the seism

The earthquake of March 11th 2011 at 2:46 pm, followed by a major tsunami, caused a havoc never seen before in Tohoku, the north east region in Japan. Hundreds of kilometres of the Pacific coast have been covered with shreds of destroyed houses, buildings, cars and boats – 90 % of which have still not been removed four months later. More than 20,000 people are dead or declared missing and more than 100,000 lost their home. Most of the victims, still in state of shock, have not found any way of getting rid of their sadness nor their downfall feeling. The accident at Fukushima Daiichi is another dramatic result of the seism. The 20 kilometres area around the site is currently a forbidden zone and people in the 20 to 30 kilometres area are encouraged to evacuate on a voluntary basis. The hydrogen explosions that occurred after the earthquake have massively contaminated the air with radioactivity. Moreover, the behaviour of the Japanese government and Tepco, hiding the melt-down of the reactors, and the pollution of 10,000 tons of sea water; have kept the population constantly worried.

This catastrophe appears to have radically changed the views of numerous Japanese people. Among them, artists are now forced to ponder their own artistic expression and purpose. Indeed, artists and art professionals haven’t been able to express themselves without referring to the subject during the following months. Some of them cannot seem to find any suitable answer to the great question “What is the role of art in society?”; others keep going just as before.

Before March 11th, the general Japanese society seemed blinded, stuck within economical crisis and unsolved social problems. Artistic expression knew two forms: on the first hand, what could be qualified as an otaku aesthetic, grounded on an escapist behaviour, on withdrawal and refusal to face reality; and another one, attempting to have a direct effect on society. Most of artists from the first trend used to be way more successful than the second one but they appear to be uncertain as what to answer to the cruel daily reality post disaster; their artworks seem to have suddenly lost their power. On the other hand, during this social change, artists from the second trend who had not been very visible until then on the art market, start to draw attention on themselves. These artists approach, very critical towards the social system and society’s contradictions, has been suddenly highlighted by the seism and the Fukushima accident. These events changed these artists’ artworks perception, providing a new relevancy.
There is now a shift in Japanese art interest: from the Superflat vision, using manga and anime references, more inclined to ornamental use and remarkable craftsmanship skills, to another kind of artistic expression, more conceptual and more committed to real issues. There is a change of taste, from a withdrawn artistic expression towards another one, unfolding to open networks and systems. We could even consider this change as release from an infantiliste culture, and the acquisition of a more mature will.

The exhibition Roppongi Crossing: Can There Be Art? held at Mori Art Museum in the spring of 2010, one exact year before the seism, appears as a visionary and important new perspective of Japanese art and its future. If we (I was part of the exhibition as a co-curator) have framed this issue – « Can there be art? » – it is because we were questioning ourselves on the possible purpose and role of art, out of a commercial scope, especially in a society stuck between a tight capitalism and a globalisation process. In order to highlight this second artistic trend, committed and meaningful, we have selected around twenty artists or group of artists, among which Yasumasa MORIMURA, Lieko SHIGA, Yosuke AMEMIYA, Satoru AOYAMA and Yuken TERUYA, who have created critical artwork, aside from the growing art market.

Among them, CHIMHPOM is an artist group worthy of attention, part of this second trend still active after March 11th. This group of 6 artists is well known for their provocative expression on society issues. In 2008, in the sky over the atomic dome in Hiroshima, they have made written by the trail of a plane “Pika” (a part of the word “Pikadon”, the onomatopoeia for the atomic explosion in Hiroshima, whose lightning Pika refers to).
This action caused much outrage among local media and victim associations, to the extent that their solo exhibition at Modern Art Museum in the town of Hiroshima had to be cancelled. One month after March 11th, CHIMHPOM sparked off debate by adding a drawing on the artwork Tomorrow Myth, a wall painting done in 1969 by Taro OKAMOTO, exhibited in a public space at Shibuya. On the national master work referring to the explosion of an hydrogen bomb experimented by the United States, contaminating a Japanese boat called Daigo Fukuryumaru, CHIMHPOM added an image evoking the accident of Fukushima’s nuclear plant. These are some of the few artists to have created in current artworks, grounded on facts and reality. This shoots video of its own actions in the disaster area: they gather in circle with young victims shouting a cry for war or they wave a flag next to Fukushima nuclear plant.
We can also quote Ichiro ENDO and Katsuya TOMITA, who drew attention on the seism too. Ichiro ENDO travels around the country with a car called Mirai-e-gou (Towards Future), in which he spends night and day and on which he invites people to draw their dreams. Since March 11th, he has been making numerous back and forth trips between Tokyo and the disaster area, joining volunteer groups and realizing projects in situ. His creation is very close to social action: by getting a lot of young people involved, he widens his activity scope, and his art weaves a network within society. Katsuya Tomita is a young independent movie director in prominent position. After the seism, his new movie SAUDADE found success during the preview projection in Tokyo. Hundreds of young people, craving for a realist aesthetic, flooded the room. His fiction SAUDADE takes place in Kofu, native city of the director, where Japanese society issues are depicted in a raw description of gutter people such as manual workers, seasonal Brazilian workers and Thai hostesses. This movie shows another face of Japan, very distant from the Cool Japan exportation image.

It seems that March 11th has deeply touched Japanese artists and their spectators. We will keep an eye on it, in order to establish whether this represents a deep change or a passing phenomenon. Nevertheless, “Can There Be Art?” became a question directed at everyone. If the above-mentioned young artists are welcomed with enthusiasm and sympathy after March 11th, it means we deeply desire to witness artistic expressions facing reality instead of withdrawing from it.

Kenji KUBOTA, July 2011

Born in 1965 in Tokyo. Independent curator since 2006 after working as a curator at Ueno Royal Museum, Tokyo and Contemporary Art Centre, Art Tower Mito. Currently running KENJI KUBOTA ART OFFICE and SNOW Contemporary based in Tokyo and Singapore. Started Japan Art Donation to support stricken area after the Tohoku earthquake.

PRESS
Zoom Japon
N°14 – October 2011

“... Nous aurions pu continuer à vivre dans l’ignorance puisque peu d’ouvrages sur l’art contemporain japonais ont été publiés en France. L’éditeur poitevin Le Lézard Noir compbe en publiant le remarquable travail (bilingue français-anglais) de Sophie Cavaliero intitulé simplement Nouvelle garde de l'art contemporain japonais. En 300 pages , la jeune femme dresse un portrait passionnat du paysage artistique à travers le travail d’une cinquantian d’artistes choisis...”

Planète Japon
N°22 – June 2012

Ce livre est né de la passion d'une collectionneuse d'art contemporain japonais, et de ses difficultés à trouver des informations en français sur ce mouvement. Elle offre ainsi au public un ouvrage détaillé concernant une cinquantaine d'artistes de cette Nouvelle garde, très instructif et riche en illustrations.
Même si vous ne succombez pas à l'esthétique explorée, les explications historiques et culturelles sauront vous intéresser aux enjeux artistiques et piquer votre curiosité. "Les oeuvres contemporaines ont l'art et la manière de réveiller leur public"...

Elegy
June 2012

Champignons atomiques et animaux kawaï, Hell babies et femmes rebelles, jeux vidéo et forêts millénaires, sculptures et labyrinthes éphémères... Avec Nouvelle Garde de l'Art Japonais Contemporain (aux éditions Le Lézard Noir), Sophie Cavaliero, collectionneuse, nous raconte au travers d'une cinquantaine d'artistes les multiples facettes de la société japonaise, ses aspirations, ses angoisses et ses rêves, jusqu'à la catastrophe de Fukushima en mars dernier. Un questionnement sur le sens de notre identité aujourd'hui et sur le rôle de l'art après le désastre.

ARTiT
Blog Adrian Favell

“Félicitations to French art collector/writer Sophie Cavaliero on the publication last month of her sumptuous selection of the best of Japanese contemporary art: Nouvelle Garde (New Generation): De l'Art Contemporain Japonais. This large format, full colour 300 page book is published by Le Lézard Noir, whose owner, the publisher Stéphane Duval, has been a great supporter of contemporary Japanese visual culture in France over the years, including translated publication in French of Makoto Aida's Mutant Hanako and manga by Akino Kondoh. Cavaliero's selection picks out her favourite 50 artists from a database she has compiled of 350 artists over the last five years or so. The book's strength is the extraordinary visual panorama it gives of the artists -- by far the best collected overview of current Japanese artists, mostly based in Japan, in one volume.”
read full article »

Ryoichi YAMAZAKI - NO EMAIL, 2007
Painted on plaster, miniature mobile phone
Courtesy of T&G Arts
Motoi YAMAMOTO - LABYRINTH, 2007
Salt installation - Izumi's House, traditionnal Japanese house,
Artist in Residence, Onomichi, Hiroshima, Japan
Maiko KOBAYASHI - UNTITLED (VALE OF TEARS#1), 2009
Charcoal, acrylic and gesso on wood panel
Courtesy of Galerie L MD Private collection - Photo © Keizo KIOKU
Risa SAKO - RISA CAMPAIGN VOL.11 "WORKING, NOW", 2000
Vynil and adhesive
Courtesy of the artist and Foil gallery
PARAMODEL - THE HUNDRED LANDSCAPE OF GOKURAKU SCENE-NO.08, THE NEW WORLD, PARK-ONSEN (JAPANESE STYLE PUBLIC BATH), AN INGENIOUS BATHING, 2007
Lambda-print - Solo exhibition - Museum of Art, Kochi - Courtesy of Mori Yu Gallery
Akino KONDOHI HEAR THE BEAT OF THE NIGHT, VOL.22005
Pencil and acrylic on gesso, mounted on board
Courtesy of the artist and Mizuma Art Gallery
Photo © Toshihiko SAKAGAMI (Tokyo Photo•Argus)
Oscar OIWA - POOCH, 2004
Oil on canvas
Private collection, Taipei
Naoki KOIDE - MARRIAGE (PARENTS), 2006
C-print - Courtesy of Tomio Koyama Gallery
Sako KOJIMA - THE REASON WHY I BECOME THE HAMSTER, 2004
Photography of a performance - Lille
Courtesy of Yamamoto Gendai Collection Lambert / Avignon
Tatsumi ORIMOTO - ART MAMA, 2007
Photograph
Courtesy of DNA Gallery, Berlin
Junichi MORI - SHADE, 2005
Marble - Courtesy of Mizuma Art Gallery - Photo © Kioku KEIZO
revelations_couverture

Author
Sophie CAVALIERO
in collaboration with
Valérie DOUNIAUX, Michela SCOTTI, Thierry DECOSTER

Format
Bilingual (French / English)
316 pages / colour
23cm x 23cm

Released in September 2013

Press contact
contact@lezardnoir.org

Publisher
Le Lézard Noir

Sales price
35 €

Buy online

PICTURES
ABOUT

After NOUVELLE GARDE, Sophie CAVALIERO and Le Lézard Noir publisher are happy to present RÉVÉLATIONS, a new opus on Japanese contemporary art. In this new book, focused on Japanese contemporary photography, the author met young Japanese photographers and interviewed iconic photographers.

NOUVELLE GARDE already included some photographers: Rinko KAWAUCHI, Tomoko SAWADA, Yumiko USTU, Mika NINAGAWA or Shinichi MARUYAMA, especially selected for their plastic perspective or creation process. RÉVÉLATIONS adds other names, other ways of approaching the photographic medium, other images, but always and invariably asking the same question: « how to show in a photograph what I see? »

RÉVÉLATIONS gives more space to images, with a central part constituted of five thematic portfolios, each containing a wide range of Japanese photographers not yet discovered, for most, by the French audience. Different styles, formats and techniques of photography are represented. The author wished to avoid the usual question of the opposition between analog to digital photography, and paid particular attention to each personality and each personality and to the personal history of each one of these photographers, composing an incredible mosaic, not only illustrating Japanese contemporary photography but today’s Japanese society.

RÉVÉLATIONS is not merely meant to present another generation of photographers, but also to show current photographical trends, sold on the contemporary photography market and exhibited in museums and institutions around the world. From the first contact, Sophie Cavaliero saw the importance of the previous generations of photographers, who built the worldwide reputation of Japanese photography. Some emblematic figures appeared essential to the author to talk about. It was hard to choose among all these references, because of their number: respected artists from the post-war period as Daido MORIYAMA, Eikoh HOSOE, Shomei TOMATSU, Issei SUDA, Nobuyoshi ARAKI, Miyako ISCHIUCHI, Yutaka TAKANASHI, or photographers who became famous during the following decades (1980 - 2000): Toshio SHIBATA, Asako NARAHASHI, Hiroh KIKAI, Keiichi TAHARA, Seiichi FURUYA, Naoya HATAKEYAMA, Yoshihiko UEDA, Risaku SUZUKI or Taiji MATSUE... It was not possible to meet them all, and to simply consider how to contact them for an interview was not always an easy path. The choice has then been made from the heart and by what was possible in the scope of our networks.

In the end, Michela SCOTTI, Valérie DOUNIAUX and Sophie CAVALIERO have transcribed thirteen meetings presenting as many different personalities as different perspectives on photography. RÉVÉLATIONS is also the result of the joints efforts of an amazing team, including Anna PONTBRIAND DE VIEIRA, Michela SCOTTI, Thierry DECOSTER, Takuji SHIMMURA and Valérie DOUNIAUX and the author. The choice of photographs was also influenced by the expert eye of Thierry, a specialist in Japanese photography books and the advice of Anna, a young student in photography. Takuji brought his skills in technical discussions on photography and is also present as a photographer in this book. Sophie CAVALIERO could not undertake this adventure either without the generous welcome of photographers, galleries and institutions in Japan.

RÉVÉLATIONS was also an opportunity to meet with two professionals from Japanese contemporary art world and art in general. The readers will find a chapter on Kimiko YOSHIDA by Charlene VEILLON, author of the book L'ART CONTEMPORAIN JAPONAIS by L'Harmattan publisher and, a postface by Sayoko NAKAHARA, met during her curatorial residency at the FRAC Nord-Pas de Calais.

PRESS
SHIFT
N° 9/2013

Quite differently to most of the books that were previously released about Japanese photography, Revelations ... offers a lively immersion into contemporary creation, an encounter with the personalities that make Japanese photography, the artists of course, but also the gallerists, curators and other professionals.
read full article »

Our age is 13
22 November 2013

An interview with Sophie CAVALIERO
read the interview »

revelations_daichi_002
Daichi KODA - FUKUSHIMA #1
Courtesy of the artist
revelations_TheSignsTheOmens2
Hiromi KAKIMOTO - THE SIGNS / THE OMENS, 2010
Light Jet-Print
Courtesy of The Third Gallery Aya
revelations_AsakoS_modified
Asako SHIMIZU - ON HER SKIN, 2006
chromogenic color print
Courtesy of Wada Garou gallery
revelations_eiki2
Eiki MORI - TOKYO BOY ALONE, 2006 - 2011
C-Print
Courtesy of the artist
revelations_fukushima009
Kosuke OKAHARA - A DESTROYED OBSERVATION POST AT A BEACH IN IWAKI CITY, JAPAN, ABOUT 40 KILOMETERS SOUTH OF THE FUKUSHIMA DAIICHI NUCLEAR REACTORS - Fragments / Fukushima 2012
Courtesy of the artist
revelations_KEKI_OF040
Ken KITANO - OUR FACE, 42 MEMBERS OF THE BASEBALL TEAM AT OHMI HIGH SCHOOL, SEPTEMBER 12, 2002, OUTDOOR FIELD OF OHMI HIGH SCHOOL, HIKONE, SHIGA, JAPAN
Courtesy MEM, Tokyo
revelations_SKIN7
Tomoko SAWADA - SKIN
Courtesy MEM, Tokyo
revelations_usui_02
Kazuyoshi USUI - BULLET BOY, 2011
Courtesy of the artist
revelations_oneseye_2
Takahiro KOHIYAMA - ONESEYE, 1999
Lamda print
Courtesy of the artist
revelations_9
Hideaki HAMADA - I SAW THE LIGHT, 2009
Pentax 6x7, 105mm F2.4, KODAK, PORTRA 400NC
Courtesy of the artist
revelations_Atsushi_Okada1_7
Atsushi OKADA - THE WORLD, 2012
Lambda print
Courtesy of GALLERY TERRA TOKYO
revelations_05B
Mikiko HARA - UNTITLED from the series, Agnus Dei, 1998
C-print
Courtesy of Osiris

NOUVELLE GARDESophie CAVALIEROLe Lézard Noir
»

RÉVÉLATIONSSophie CAVALIEROLe Lézard Noir
»
nouvelle_garde_couverture

Auteure
Sophie CAVALIERO

Format
Bilingue (français / anglais)
312 pages / couleur
23cm x 23cm

Parution octobre 2011

Contact presse
contact@lezardnoir.org

Diffusion / Distribution
Harmonia Mundi

Éditeur
Le Lézard Noir

Acheter en ligne

À PROPOS

Ce livre est né de la passion d’une collectionneuse d’art contemporain japonais, Sophie CAVALIERO, qui ne trouvait que très peu de littérature francophone sur les artistes et les œuvres qu’elle découvrait. A travers la présentation d’une cinquantaine d’artistes japonais en chapitres thématiques, la collectionneuse revient sur l’apparition, ces deux dernières décennies, d’une toute nouvelle vague d’artistes au Japon, une NOUVELLE GARDE.

Cette génération, fidèle à une tradition ancestrale – formelle et technique – est tout aussi innovante en intégrant de nouveaux outils de création et moyens d’expression artistique.

L’importance de la pratique artisanale et de la transmission par le maître d’un savoir-faire est toujours marquée, moins sous forme d’école que dans la nécessité ressentie de ne pas négliger la qualité de la réalisation et le choix du matériau. Cependant, les sujets des œuvres changent et prennent en compte les préoccupations centrales de la nouvelle société nippone, telles que la violence, l’avenir des futures générations ou la place de la femme dans la société.

La violence étant souvent trop choquante pour être dénoncée sans précaution, ces artistes recourent aux formes passées pour mieux affronter le présent, ou encore intègrent d’autres formes de création plus populaires, telles que l’anime ou le manga, pour cette mise à distance. L’origine de cette violence est à chercher dans l’évènement le plus marquant du XXe siècle : l’explosion des deux bombes atomiques, qui font éclater les questions du nucléaire, de l’Holocauste et de la survie de l’humanité. Elles ouvrent la discussion artistique sur l’écologie, l’avenir de la planète et des générations futures. La silhouette du champignon atomique est devenue aujourd’hui une forme récurrente de la création contemporaine japonaise, primordiale comme peuvent l’être le carré ou le cercle en Occident. Après avoir été synonyme de mort, le champignon devient symbole de création et de revitalisation.

A ces thématiques fortes, se rajoute de façon plus feutrée mais avec la même puissance, la question de la place de la femme dans la société japonaise. Du fantasme d’un idéal féminin à la réalité quotidienne de la femme japonaise, la réponse apportée par cette nouvelle génération d’artistes illustre toute la complexité et l’ambiguïté d’une société qui est à la fois ancrée dans ses traditions et le résultat de la modernisation accélérée de son mode de vie. L’art contemporain japonais ne peut échapper à cette problématique, et dévoile un aspect inattendu de la question grâce à une forte recrudescence d’artistes femmes.

Au-delà des questions sociétales, sont finalement abordés la question esthétique et le désir d’affirmer une identité artistique propre. Sont alors présentés des artistes qui, contrairement aux recherches artistiques occidentales actuelles, continuent d’accorder une attention particulière au motif décoratif, suivant le principe esthétique japonais de non séparation des arts appliqués des Beaux-arts. Leur pratique se fonde sur l’exécution de rituels, de gestes répétitifs ou de longues méditations. Leurs recherches interrogent les nouvelles perceptions de la réalité par une société contemporaine en quête de réponses, et posent à nouveau la question du sacré en art.

NOUVELLE GARDE présente ces mutations de la création artistique japonaise à travers le regard de Sophie Cavaliero, une collectionneuse d’art partie à la rencontre de l’art contemporain japonais.

POSTFACE
L'art au japon après le séisme

Le tremblement de terre du 11 mars 2011 à 14 h 46, suivi d’un important tsunami, a causé des dégâts sans précédent dans le Tohoku, région nord-est du Japon. Quelques centaines de kilomètres de la côte Pacifique ont été couverts de déchets – des maisons et des immeubles détruits, des voitures et des bateaux emportés – dont 90 % sont toujours sur place quatre mois après. On compte plus de 20.000 personnes mortes ou disparues, ainsi que plus de 100.000 ayant perdu leur maison. La plupart des victimes, encore en état de choc, ne trouvent même pas d’amorce de solution pour sortir de la tristesse et du sentiment de perte. L’accident de la centrale nucléaire Fukushima Daiichi est une autre tragédie engendrée par ce séisme. Actuellement, l’accès est interdit dans un rayon de 20 kilomètres autour du site, et les habitants de la zone des 20 à 30 kilomètres ont pour consigne de procéder à leur évacuation de façon volontaire. Les explosions d’hydrogène, survenues juste après le séisme, ont massivement contaminé l’air par la radioactivité. De plus, les attitudes du gouvernement et de Tepco, qui n’ont pas rendu publiques les fusions des cœurs des réacteurs juste après le séisme, sans mention des quelque 10.000 tonnes d’eau polluée déversées dans la mer, n’ont fait que rajouter à l’inquiétude et l’angoisse au peuple japonais.

Il semble que la catastrophe ait radicalement changé la vision du monde pour beaucoup de Japonais. Les artistes, quant à eux, ont été amenés à réfléchir sur leur propre expression artistique. En effet, les artistes et les professionnels de l’art n’ont pas pu s’exprimer sans faire référence à ce sujet pendant les premiers mois suivant la catastrophe. Si certains n’ont pas su trouver les mots face à la grande question soulevée par les évènements – « quel est le rôle de l’art dans la société ? » – d’autres continuent de créer comme avant.

Avant le 11 mars, la société japonaise, d’une manière générale, semblait s’être enferrée dans une impasse en raison de la crise économique et de l’accumulation des problèmes sociaux non résolus. L’expression artistique se partage alors en deux formes : d’un côté celle que l’on peut qualifier d’otaku, qui découle d’une attitude de repli sur soi en se détournant des problèmes de la réalité, et de l’autre, celle qui cherche à intervenir directement dans la société. Une majorité d’artistes de la première tendance, qui, autrefois remportaient un succès largement supérieur à la seconde, n’ont pas su trouver les mots face à la brutalité de ce nouveau quotidien ; leurs œuvres semblent avoir perdu subitement de leur puissance. En revanche, au cours de cette mutation sociale, des artistes de la deuxième tendance, qui étaient jusqu’alors peu visibles, nichés dans l’ombre du marché artistique, ont commencé à attirer l’attention. Le parti-pris de ces artistes qui avaient déjà créé des œuvres critiquant le système social et ses contradictions, s’est subitement trouvé sous les projecteurs suite au séisme et à l’accident de Fukushima. Ces événements ont transformé les œuvres de ces artistes, leur conférant une pertinence nouvelle. On assiste alors à un basculement de l’intérêt dans la création artistique japonaise : d’un goût initial pour l’esthétique Superflat, se référant notamment au manga et au dessin animé, et porteuse d’une sensibilité ornementale et de techniques de fabrication remarquables, l’intérêt du marché se tourne vers une esthétique plus conceptuelle et plus engagée face aux problèmes actuels. Autre- ment dit, on assiste ainsi à une évolution des goûts fondée sur le repli sur soi et la fuite de la réalité, vers une expression artistique qui se déploie et propose systèmes et réseaux sociaux nouveaux. On pourrait même qualifier ce changement comme une sorte d’affranchissement de la culture infantiliste, avec l’apparition d’une volonté plus mature.

L’exposition Roppongi Crossing: Can There Be Art? qui a eu lieu au Mori Art Museum au printemps 2010, un an précisément avant le séisme, apparaît comme visionnaire et importante,et augurait l’avenir de l’art japonais. Si nous – étant moi-même co-commissaire de l’exposition – avions formulé la problématique en question de « l’art a-t-il toujours une raison d’être ? », c’est parce que nous nous interrogions sur la possibilité d’un rôle autre pour l’art que celui de produit commercial dans cette société se trouvant dans une impasse, prise entre un capitalisme strict et le dynamisme de la mondialisation. Souhaitant mettre en avant une expression engagée et forte, nous avions sélectionné une vingtaine d’artistes ou collectifs, dont Yasumasa MORIMURA, Lieko SHIGA, Yosuke AMEMIYA, Satoru AOYAMA ET Yuken TERUYA, qui avaient créé des œuvres critiques, à l’écart d’un marché de l’art en plein développement.
Parmi eux, CHIMHPOM est l’un des collectifs qui, après le 11 mars, sont dignes d’attention. Ce groupe de six artistes est connu pour ses expressions provocantes sur les problèmes de la société. En 2008, dans le ciel au-dessus du dôme du Mémorial de la paix d’Hiroshima, le collectif a fait écrire par une traînée d’avion le mot « Pika » (première partie du mot Pikadon, onomatopée de l’explosion atomique d’Hiroshima, Pika faisant allusion à son éclair). Cela a suscité des protestations si violentes de la part des médias locaux et des associations de victimes, que l’exposition individuelle de CHIMHPOM au Musée d’Art Moderne de la ville d’Hiroshima a été annulée. Un mois après le 11 mars, CHIMHPOM a suscité de nouvelles polémiques, en ajoutant un dessin au Mythe de demain, fresque murale de 1969 de Taro OKAMOTO, visible dans un espace public à Shibuya. A l’œuvre du maître national traitant l’explosion d’une bombe à hydrogène expérimentée par les États-Unis, et l’exposition à la radioactivité du thonier japonais Daigo Fukuryumaru, CHIMHPOM a ajouté une image évoquant l’accident de la centrale de Fukushima. Ils sont parmi les rares artistes qui créent des œuvres de façon réactive, à partir de faits et de phénomènes actuels. Ils filment leurs actions dans des zones sinistrées : ils forment un cercle avec des jeunes victimes en poussant un cri de guerre, ou encore, ils arborent un drapeau près de la centrale de Fukushima. Citons également Ichiro ENDO et Katsuya TOMITA, qui attirent l’attention sur le séisme et ses conséquences. Ichiro ENDO voyage à l’intérieur du Japon dans sa voiture baptisée Mirai-e-gou (Vers le Futur), dans laquelle il passe ses nuits et sur laquelle il invite les gens rencontrés à dessiner leurs rêves. Depuis le 11 mars, il fait de nombreux aller-retour entre Tokyo et la région sinistrée, s’y intégrant en tant que travailleur bénévole et réalisant divers projets sur place. Sa création est très proche de l’action sociale : en impliquant beaucoup de jeunes dans son action et en élargissant par là son champ d’activité, son art tisse un réseau dans la société réelle. Katsuya TOMITA est un jeune réalisateur de film indépendant très en vue. Après le séisme, son nouveau film SAUDADE a connu un grand succès lors de sa projection en avant-première à Tokyo. Quelques centaines de jeunes avides d’une esthétique réaliste ont envahi la salle.
L’histoire fictive de SAUDADE se déroule à Kofu, ville provinciale et natale du réalisateur, où les problèmes de la société japonaise sont exposés à travers une mise à nu descriptive des bas-fonds et de ses habitants – travailleurs manuels, saisonniers brésiliens et entraîneuses thaïlandaises. Le film montre un autre aspect du Japon, très éloigné de Cool Japan, cette autre image du pays conçue pour l’exportation.

Il semble que le 11 mars ait opéré un changement important sur les artistes japonais et sur leurs spectateurs. Nous continuerons à l’observer pour savoir s’il s’agit d’un changement profond ou d’un phénomène passager. Toujours est-il que « l’art a-t-il toujours une raison d’être ? » est désormais une question qui se pose à tous. Si les jeunes artistes cités ci-dessus sont reçus avec enthousiasme et sympathie après le 11 mars, c’est que désormais nous désirons ardemment des expressions artistiques se confrontant à la réalité d’aujourd’hui au lieu de la fuir.

Kenji KUBOTA, juillet 2011

Né à Tokyo en 1965. Commissaire d’exposition indépendant depuis 2006, après avoir travaillé au Ueno Royal Museum de Tokyo, et au Contemporary Art Centre, Art Tower Mito. Il gère actuellement le bureau KENJI KUBOTA ART OFFICE et SNOW Contemporary situés à Tokyo et Singapour. Il a récemment initié le Japan Art Donation pour venir en aide aux victimes du séisme de la région de Tohoku.

PRESSE
Zoom Japon
N°14 – October 2011

“... Nous aurions pu continuer à vivre dans l’ignorance puisque peu d’ouvrages sur l’art contemporain japonais ont été publiés en France. L’éditeur poitevin Le Lézard Noir compbe en publiant le remarquable travail (bilingue français-anglais) de Sophie Cavaliero intitulé simplement Nouvelle garde de l'art contemporain japonais. En 300 pages , la jeune femme dresse un portrait passionnat du paysage artistique à travers le travail d’une cinquantian d’artistes choisis...”

Planète Japon
N°22 – June 2012

Ce livre est né de la passion d'une collectionneuse d'art contemporain japonais, et de ses difficultés à trouver des informations en français sur ce mouvement. Elle offre ainsi au public un ouvrage détaillé concernant une cinquantaine d'artistes de cette Nouvelle garde, très instructif et riche en illustrations.
Même si vous ne succombez pas à l'esthétique explorée, les explications historiques et culturelles sauront vous intéresser aux enjeux artistiques et piquer votre curiosité. "Les oeuvres contemporaines ont l'art et la manière de réveiller leur public"...

Elegy
June 2012

Champignons atomiques et animaux kawaï, Hell babies et femmes rebelles, jeux vidéo et forêts millénaires, sculptures et labyrinthes éphémères... Avec Nouvelle Garde de l'Art Japonais Contemporain (aux éditions Le Lézard Noir), Sophie Cavaliero, collectionneuse, nous raconte au travers d'une cinquantaine d'artistes les multiples facettes de la société japonaise, ses aspirations, ses angoisses et ses rêves, jusqu'à la catastrophe de Fukushima en mars dernier. Un questionnement sur le sens de notre identité aujourd'hui et sur le rôle de l'art après le désastre.

ARTiT
Blog Adrian Favell

“Félicitations to French art collector/writer Sophie Cavaliero on the publication last month of her sumptuous selection of the best of Japanese contemporary art: Nouvelle Garde (New Generation): De l'Art Contemporain Japonais. This large format, full colour 300 page book is published by Le Lézard Noir, whose owner, the publisher Stéphane Duval, has been a great supporter of contemporary Japanese visual culture in France over the years, including translated publication in French of Makoto Aida's Mutant Hanako and manga by Akino Kondoh. Cavaliero's selection picks out her favourite 50 artists from a database she has compiled of 350 artists over the last five years or so. The book's strength is the extraordinary visual panorama it gives of the artists -- by far the best collected overview of current Japanese artists, mostly based in Japan, in one volume.”
read full article »

Ryoichi YAMAZAKI - NO EMAIL, 2007
Plâtre peint et miniature de téléphone portable
Avec l'aimable autorisation de T&G Arts
Motoi YAMAMOTO - LABYRINTH, 2007
Installation de sel - Maison Izumi, Résidence d'artistes,
Onomichi, Hiroshima, Japon
Maiko KOBAYASHI - UNTITLED (VALE OF TEARS#1), 2009
Fusain, acrylique et gesso sur panneau de bois
Avec l'aimable autorisation de la galerie L MD Collection privée
Photo © Keizo KIOKU
Risa SAKO - RISA CAMPAIGN VOL.11 "WORKING, NOW", 2000
Vynile et adhésifs
Avec l'aimable autorisation de l'artist et de la galerie Foil
PARAMODEL - THE HUNDRED LANDSCAPE OF GOKURAKU SCENE-NO.08, THE NEW WORLD, PARK-ONSEN (JAPANESE STYLE PUBLIC BATH), AN INGENIOUS BATHING, 2007
Lambda-print - Exposition individuelle - Musée de l'art, Kochi
Avec l'aimable autorisation de la Mori Yu Gallery
Akino KONDOHI HEAR THE BEAT OF THE NIGHT, VOL.22005
Crayon et acrylique sur gesso, monté sur toile
Avec l'aimable autorisation de l'artist et de la galerie Mizuma Art
Photo © Toshihiko SAKAGAMI (Tokyo Photo•Argus)
Oscar OIWA - POOCH, 2004
Huile sur toile
Collection privée, Taipei
Naoki KOIDE - MARRIAGE (PARENTS), 2006
C-print - Avec l'aimable autorisation de la Tomio Koyama Gallery
Sako KOJIMA - THE REASON WHY I BECOME THE HAMSTER, 2004
Photographie d’une performance - Lille
Avec l'aimable autorisation de la Yamamoto Gendai Collection Lambert / Avignon
Tatsumi ORIMOTO - ART MAMA, 2007
Photographie
Avec l'aimable autorisation de la DNA Gallery, Berlin
Junichi MORI - SHADE, 2005
Marbre - Avec l'aimable autorisation de la Mizuma Art Gallery
Photo © Kioku KEIZO
revelations_couverture

Auteure
Sophie CAVALIERO
en collaboration avec
Valérie DOUNIAUX, Michela SCOTTI, Thierry DECOSTER

Format
Bilingue (français / anglais)
316 pages / couleur
23cm x 23cm

Parution septembre 2013

Contact presse
contact@lezardnoir.org

Éditeur
Le Lézard Noir

Prix de vente
35 €

Acheter en ligne

À PROPOS

Après NOUVELLE GARDE, Sophie CAVALIERO et les Éditions Le Lézard Noir sont heureux de vous présenter RÉVÉLATIONS, un nouvel opus sur l’art contemporain japonais. Cette fois, l’auteure est allée à la rencontre de jeunes photographes japonais, avec pour objectif de présenter ses découvertes et ses entretiens avec des photographes emblématiques dans un nouvel ouvrage focalisé sur la photographie contemporaine japonaise.

NOUVELLE GARDE incluait déjà quelques photographes : Rinko KAWAUCHI, Tomoko SAWADA, Yumiko USTU, Mika NINAGAWA ou Shinichi MARUYAMA, sélectionnés surtout pour leurs démarches plastiques ou de création. RÉVÉLATIONS ajoute de nouveaux noms, présente d’autres approches de la photographie, et de nouvelles images, tout en posant toujours et invariablement la même question : « comment montrer dans une photographie ce que je vois ? ».

RÉVÉLATIONS laisse une grande place à l’image, avec une partie centrale incluant cinq portfolios thématiques de photographes japonais encore peu vus du public français. Les différents styles, formats et techniques de la photographie y sont représentés. L’auteure a souhaité éviter l’éternel questionnement de l’opposition de l’argentique et du numérique, pour s’attacher plus particulièrement à la personnalité et à l’histoire de chacun de ces photographes, composant ainsi une incroyable mosaïque, non seulement de la photographie japonaise mais aussi de la société japonaise actuelle.

RÉVÉLATIONS ne se veut pas uniquement découvreur, mais aussi le reflet de la photographie actuelle, vendue sur le marché de la photographie contemporaine et exposée dans les musées et institutions de par le monde. Dès les premiers contacts de l’auteure avec ce monde de la photographie, Sophie CAVALIERO a perçu toute l’importance des générations antérieures de photographes, qui ont construit la réputation mondiale de la photographie japonaise.

Quelques figures emblématiques sont apparues incontournables et une série d’entretiens a été intégrée à l’ouvrage pour présenter un morceau choisi de ces figures. Il était difficile de faire une sélection parmi toutes ces références, du fait de leur nombre : les artistes reconnus dès la période d’après-guerre, Daido MORIYAMA, Eikoh HOSOE, Shômei TÔMATSU, Issei SUDA, Nobuyoshi ARAKI, Miyako ISCHIUCHI, Yutaka TAKANASHI, ou encore les photographes devenus célèbres durant les décennies suivantes (1980 – 2000) : Toshio SHIBATA, Asako NARAHASHI, Hiroh KIKAI, Keiichi TAHARA, Seiichi FURUYA, Naoya HATAKEYAMA, Yoshihiko UEDA, Risaku SUZUKI ou encore Taiji MATSUE... Il n’était était pas possible de les rencontrer tous, et le simple fait de les contacter pour envisager une interview n’a pas toujours été un cheminement aisé. Le choix s’est alors fait selon le coeur et les contacts engagés.

Au final, treize rencontres, retranscrites par différentes plumes (Sophie CAVALIERO, Valerie DOUNIAUX et Michela SCOTTI), décrivent autant de photographes aux parcours différents que de perspectives diverses sur la photographie.

RÉVÉLATIONS a été également une expérience de partage avec une équipe formidable composée d’Anna PONTBRIAND DE VIEIRA, Michela SCOTTI, Thierry DECOSTER, Takuji SHIMMURA et Valérie DOUNIAUX. Le choix photographique a été aussi influencé par l’oeil expert de Thierry, spécialiste en livres de photographie japonaise et par celui d’Anna, jeune étudiante en photographie. Takuji a apporté ses conseils de photographe dans les discussions techniques et est aussi présent en tant que photographe dans cet ouvrage. Cette aventure n’aurait pas pu avoir lieu sans l’accueil si généreux des photographes, des galeries et des institutions au Japon.

RÉVÉLATIONS a été aussi l’occasion de rencontres avec deux personnalités du monde de l’art contemporain japonais. Les lecteurs pourront découvrir un chapitre sur Kimiko YOSHIDA par Charlène VEILLON, auteure de l’ouvrage L'ART CONTEMPORAIN JAPONAIS aux Editions L’Harmattan, et une postface clôturant l’ouvrage par Sayoko NAKAHARA, rencontrée lors de sa résidence curatoriale au FRAC Nord Pas de Calais.

PRESSE
SHIFT
N° 9/2013

Quite differently to most of the books that were previously released about Japanese photography, Revelations ... offers a lively immersion into contemporary creation, an encounter with the personalities that make Japanese photography, the artists of course, but also the gallerists, curators and other professionals.
lire l'article complet »

Our age is 13
22 novembre 2013

Un entretien avec Sophie CAVALIERO
lire l'entretien »

revelations_daichi_002
Daichi KODA - FUKUSHIMA #1
Avec l'aimable autorisation de l'artiste
revelations_TheSignsTheOmens2
Hiromi KAKIMOTO - THE SIGNS / THE OMENS, 2010
Light Jet-Print
Avec l'aimable autorisation de The Third Gallery Aya
revelations_AsakoS_modified
Asako SHIMIZU - ON HER SKIN, 2006
chromogenic color print
Avec l'aimable autorisation de la galerie Wada Garou
revelations_eiki2
Eiki MORI - TOKYO BOY ALONE, 2006 - 2011
C-Print
Avec l'aimable autorisation de l'artiste
revelations_fukushima009
Kosuke OKAHARA - A DESTROYED OBSERVATION POST AT A BEACH IN IWAKI CITY, JAPAN, ABOUT 40 KILOMETERS SOUTH OF THE FUKUSHIMA DAIICHI NUCLEAR REACTORS - Fragments / Fukushima 2012
Avec l'aimable autorisation de l'artiste
revelations_KEKI_OF040
Ken KITANO - OUR FACE, 42 MEMBERS OF THE BASEBALL TEAM AT OHMI HIGH SCHOOL, SEPTEMBER 12, 2002, OUTDOOR FIELD OF OHMI HIGH SCHOOL, HIKONE, SHIGA, JAPAN
Avec l'aimable autorisation de MEM, Tokyo
revelations_SKIN7
Tomoko SAWADA - SKIN
Avec l'aimable autorisation de MEM, Tokyo
revelations_usui_02
Kazuyoshi USUI - BULLET BOY, 2011
Avec l'aimable autorisation de l'artiste
revelations_oneseye_2
Takahiro KOHIYAMA - ONESEYE, 1999
Lamda print
Avec l'aimable autorisation de l'artiste
revelations_9
Hideaki HAMADA - I SAW THE LIGHT, 2009
Pentax 6x7, 105mm F2.4, KODAK, PORTRA 400NC
Avec l'aimable autorisation de l'artiste
revelations_Atsushi_Okada1_7
Atsushi OKADA - THE WORLD2012
Lambda print
Avec l'aimable autorisation de la galerie TERRA TOKYO
revelations_05B
Mikiko HARA - UNTITLED from the series, Agnus Dei, 1998
C-print
Avec l'aimable autorisation de Osiris

CHALALA Sophie CAVALIERO, Haruna KISHI
Le petit lézard
»

Authors
Sophie CAVALIERO
Haruna KISHI

Format
46 pages, colour
26 x 22 cm

Publisher
Le Petit Lézard

This content is not available
in English as the book was
published in French only

Press contact
contact@lezardnoir.org

Sales price
15 €

Order coupon

ABOUT

Après Nouvelle Garde et Révélations, Sophie CAVALIERO ne quitte pas pour autant le Japon, et rencontre une artiste japonaise installée en France, Haruna KISHI qui travaille à la préparation d’une série de dessins animés pour la télévision. Aujourd’hui Haruna et Sophie concrétisent leur rêve de produire une création à 4 mains en proposant à l’éditeur du Petit Lézard un livre pour enfants éducatif et amusant, surfant sur l’intérêt actuel des jeunes pour la culture japonaise, tout en intégrant la personnalité des deux auteures. Cette nouvelle aventure éditoriale du Petit Lézard, intitulée Cha La La, s’adresse aussi bien aux enfants de 3 à 6 ans qu’à leurs parents. Elle raconte les aventures de Maestro, un chef d’orchestre pas comme les autres, qui doit, pour le festival Haru, réunir un nouvel orchestre pour célébrer l’arrivée du printemps. Il va appeler tous ses anciens amis, des chats musiciens venant des 4 coins du Japon avec leur instrument préféré, typique de leur région.



Blog de Haruna KISHI
haruna-kishi.blogspot.fr

Vidéos de Haruna KISHI
vimeo.com

PUBLISHER

Collection jeunesse du Lézard Noir créée en 2008, Le petit Lézard balade ses lecteurs en images, de la France au Japon, en passant par la Finlande, au gré des coups de coeur et au hasard des rencontres. Chez les français Julie Colombet avec L’Eléphant et le poisson, sélectionné dans la catégorie « meilleur premier album » au festival du livre de Jeunesse de Montreuil et Michel l'ours blanc, ils ont posé les bases d’une édition jeunesse pédagogique et décalée, tandis que la série Sacré-Coeur d’Amélie Sarn et Laurent Audouin nous conte les aventures fantastiques d’un petit garçon vivant à Paris au début du XXème siècle et qui rencontrera de biens drôles créatures dans Le Fantôme du Père Lachaise, Le Vampire de la Tour Eiffel, La Momie du Louvre ou encore dernièrement Les Loups-Garous de Montparnasse. Du côté des auteurs japonais, le couple d’artistes Mariny Monteani nous fait découvrir les traditions qui rythment les saisons nippones avec les saisons de Fu-Chan tandis que Mon Tour de France raconte la plus prestigieuse des courses vu à travers les yeux d’un petit garçon japonais. Quant à Tomonori Taniguchi qui a publié 6 livres bilingues franco-japonais au Petit Lézard, il revisite les contes traditionnels européens (Pinocchio) et japonais (7 contes japonais) mais sait s’adresser avec autant de talent aux plus petits avec Le Petit Singe et la Lune ou bien Cache Cache. Petits et grands riront des farces de l’oiseau-guide, sensé accompagner le lecteur dans sa découverte de l’histoire, qui interpellera les jeunes lecteurs par de courtes questions sur leurs propres expérience à l’école ou à la maison.


CHALALA Sophie CAVALIERO, Haruna KISHI
Le petit lézard
»

Auteures
Sophie CAVALIERO
Haruna KISHI

Format
46 pages en couleur
26 x 22 cm

Éditeur
Le Petit Lézard

 

Contact presse
contact@lezardnoir.org

Prix de vente
15 €

Acheter en ligne

À PROPOS

Après Nouvelle Garde et Révélations, Sophie CAVALIERO ne quitte pas pour autant le Japon, et rencontre une artiste japonaise installée en France, Haruna KISHI qui travaille à la préparation d’une série de dessins animés pour la télévision. Aujourd’hui Haruna et Sophie concrétisent leur rêve de produire une création à 4 mains en proposant à l’éditeur du Petit Lézard un livre pour enfants éducatif et amusant, surfant sur l’intérêt actuel des jeunes pour la culture japonaise, tout en intégrant la personnalité des deux auteures. Cette nouvelle aventure éditoriale du Petit Lézard, intitulée Cha La La, s’adresse aussi bien aux enfants de 3 à 6 ans qu’à leurs parents. Elle raconte les aventures de Maestro, un chef d’orchestre pas comme les autres, qui doit, pour le festival Haru, réunir un nouvel orchestre pour célébrer l’arrivée du printemps. Il va appeler tous ses anciens amis, des chats musiciens venant des 4 coins du Japon avec leur instrument préféré, typique de leur région.



Blog de Haruna KISHI
haruna-kishi.blogspot.fr

Vidéos de Haruna KISHI
vimeo.com

ÉDITEUR

Collection jeunesse du Lézard Noir créée en 2008, Le petit Lézard balade ses lecteurs en images, de la France au Japon, en passant par la Finlande, au gré des coups de coeur et au hasard des rencontres. Chez les français Julie Colombet avec L’Eléphant et le poisson, sélectionné dans la catégorie « meilleur premier album » au festival du livre de Jeunesse de Montreuil et Michel l'ours blanc, ils ont posé les bases d’une édition jeunesse pédagogique et décalée, tandis que la série Sacré-Coeur d’Amélie Sarn et Laurent Audouin nous conte les aventures fantastiques d’un petit garçon vivant à Paris au début du XXème siècle et qui rencontrera de biens drôles créatures dans Le Fantôme du Père Lachaise, Le Vampire de la Tour Eiffel, La Momie du Louvre ou encore dernièrement Les Loups-Garous de Montparnasse. Du côté des auteurs japonais, le couple d’artistes Mariny Monteani nous fait découvrir les traditions qui rythment les saisons nippones avec les saisons de Fu-Chan tandis que Mon Tour de France raconte la plus prestigieuse des courses vu à travers les yeux d’un petit garçon japonais. Quant à Tomonori Taniguchi qui a publié 6 livres bilingues franco-japonais au Petit Lézard, il revisite les contes traditionnels européens (Pinocchio) et japonais (7 contes japonais) mais sait s’adresser avec autant de talent aux plus petits avec Le Petit Singe et la Lune ou bien Cache Cache. Petits et grands riront des farces de l’oiseau-guide, sensé accompagner le lecteur dans sa découverte de l’histoire, qui interpellera les jeunes lecteurs par de courtes questions sur leurs propres expérience à l’école ou à la maison.


LES MÉTIERS DU
MARCHÉ DE L'ART
Sophie CAVALIERO,
Frédéric ELKAÏM,
Claire PIRLOT DE CORBION
Gualino - Lextenso Éditions
»

COMPENSATION
& BENEFITS
Sophie CAVALIEROGERESO Édition
»

Authors
Sophie CAVALIERO
Frédéric ELKAÏM
Claire PIRLOT DE CORBION

Format
184 pages
13,5 x 21 cm

Publisher
Gualino - Lextenso Éditions
Collection 100 pages
pour comprendre

This content is not available
in English as the book was
published in French only

Press contact
Savoir-Faire Image & Cie
06 76 89 59 82
presse-lextenso
@savoirfaireimage-rp.com

Sales price
19 €

Order coupon

ABOUT
Une passion, sinon rien !

Paris, avril 2012 - Trois experts du sérail proposent ce guide pratique LES MÉTIERS DE L’ART à tous ceux qui veulent s’intéresser de près aux mécanismes de ce marché si particulier, et souhaitent percer les mystères de ce milieu méconnu qui, contrairement aux apparences, n’est plus réservé aujourd’hui à une poignée d’élus. Ils dressent un inventaire des métiers et acteurs qui font le marché de l’art aujourd’hui. Au-delà des stéréotypes et des clichés, ils décryptent de manière synthétique et précise chacune de ces mystérieuses professions en laissant, le plus souvent possible, la parole à des acteurs reconnus. Ils clarifient leur situation et leur position respectives car certaines sont imbriquées les unes dans les autres. Dans chaque fiche métier figurent les différentes conditions d’exercices (responsabilité, positionnement sur le marché, management), les différents statuts pour l’exercer, un récapitulatif des compétences spécifiques indispensables assorti d’un plan de formation idéale pour les acquérir, et une liste des ressources d’informations utiles. Un guide pratique qui donne les clés pour comprendre et agir dans cet univers spécialisé où raison rime avec passion comme pour établir une stratégie de recherche d’emploi et ainsi faire carrière dans les métiers de l’art.

Méthodologie du livre

Ce guide des métiers du marché de l’art est le résultat de différentes investigations : une étude documentaire complète et la réalisation de nombreuses interviews approfondies auprès d’une vingtaine de professionnels reconnus. Sa cohérence est la résultante des connaissances et compétences personnelles et complémentaires des trois auteurs qui exercent, chacun à leur façon, une activité professionnelle dans ce milieu avec des niveaux et des expériences différentes.

Auteurs

Sophie CAVALIERO est à la fois consultante en Ressources Humaines et auteure, conciliant art et gestion au travers de sa mission au sein d’« entreprisecontemporaine » (entreprise + art contemporain = du sens autrement).

Frédéric ELKAÏM est actuellement conseiller en art, chargé de la coordination du programme « les clés de l’art et de la collection » pour le Cercle Menus Plaisirs à Genève et fondateur du Cercle franco-suisse des collectionneurs et amateurs d’art.

Claire PIRLOT DE CORBION travaille comme collaboratrice d’un antiquaire en mobilier et objets d’art du XXe siècle dans le Carré Rive Gauche à Paris.

Les 17 thématiques de l’ouvrage

- Vendre une œuvre d’art sur le second marché
- Vendre une œuvre d’art sur le premier marché
- Vendre une œuvre d’art par internet
- Le commissaire-priseur
- Le courtier en art
- Le conseiller en art
- Le consultant en gestion de patrimoines artistiques
- Le décorateur
- Le métier d’expert
- Le métier de spécialiste
- L’historien de l’art
- Transporter et manipuler des œuvres d’art
- Assurer les œuvres d’art
- Les organisateurs de foires et salons
- L’agent d’artiste
- Le critique d’art, le journaliste et l’attaché de presse
- L’enseignement spécialisé

Les auteurs ont choisi une classification des métiers en fonction de leur intervention plus ou moins directe sur le marché :

“Avec le terme de vente directe (partie 1), on retiendra les professions qui pratiquent l’achat (marchands, antiquaires, galeristes de second marché) ou participent à la production des pièces (certains galeristes du premier marché) avec l’intention d’une revente générant une plus-value ou d’une vente incluant un commissionnement. Le chapitre regroupant les ventes intermédiaires (partie 2) décrit les professions qui interviennent en intermédiation et mettent en relation un vendeur et un acheteur sans se porter directement acquéreur. Une partie regroupe les métiers techniques et spécialisés (partie 3), mettant l’accent sur la compétence et l’approfondissement d’un domaine ou d’une méthodologie d’intervention pour de nombreux intervenants du marché de l’art. Enfin, à travers le regroupement des métiers de l’événementiel et de la diffusion (partie 4), on rappelle l’importance de cette dimension de communication et de présentation, rouage essentiel de toute légitimation de la valeur tant artistique qu’économique d’une oeuvre.”

Un guide très vivant qui donne parole à des acteurs reconnus avec la rubrique “Verbatim de ...”

Exemple page 76 avec le commissaire-priseur David NORDMANN (extrait) :

« Je pratique essentiellement les ventes de type volontaire. C’est un privilège. Les ventes judiciaires font appel à d’autres compétences, une autre organisation. Il y a en réalité derrière l’appellation commissaire-priseur, de nombreux métiers différents »

« Mes types de clients (acheteurs) : Collectionneurs, marchands, curieux, amoureux et investisseurs. »

« Dans une maison de ventes de taille moyenne, le commissaire-priseur joue un rôle d’homme-orchestre. Il prend en charge le management, la communication, la collecte et l’évaluation des objets, l’animation et l’organisation des ventes, plus les relations publiques et la gestion. Il est bien entendu essentiel d’être entouré d’une équipe performante dans tous les secteurs. »


Le lecteur appréciera la liste impressionnante des sites internet répertoriés des acteurs du marché de l’art. Un atout et un gain de temps considérable pour effectuer ses recherches personnelles.

INTRODUCTION
Portrait des métiers du marché de l'art

Cet ouvrage dresse un inventaire des principaux métiers et acteurs qui font le marché de l’art aujourd’hui.
Il brosse le portrait, métier par métier, de différents types de professionnels qui œuvrent pour cette même cause qu’est l’art. Il n’existe pas de profil type permettant d’accéder à l’une ou l’autre de ces professions, mais il ne faut pas perdre de vue que les emplois sont difficiles d’accès, car nous sommes souvent face à de très petites entreprises ou des entreprises familiales dans lesquelles le « turnover » est rare.Il en est de même pour la question des salaires qui n’est pas vraiment définie et qui varie en fonction des structures mais qui, au début tout au moins d’une carrière, sont assez faibles, compte tenu de la demande due à l’attractivité de ces métiers.

Il faut noter d’emblée que la concurrence est forte sur chaque emploi proposé et qu’un professionnel préférera souvent em- baucher à diplômes et compétences égaux,un jeune bénéficiant déjà d’un réseau et d’une aisance relationnelle développés.

L'art du réseau, les réseaux de l'art

Toute personne désirant entrer dans ce monde sans avoir des appuis professionnels parmi ses proches ou dans son carnet d’adresses, devra faire preuve de volonté, d’endurance et de passion, et acquérir une expérience au travers de nombreux stages. Dans tous les cas, il est indispensable de développer son réseau pendant la période des études. Afin de clarifier également d’emblée la situation, il est important de noter que nombre d’emplois s’exercent de manière indépendante, ce qui est particulièrement vrai pour les métiers d’intermédiaires (courtiers, experts, agents d’art...), mais aussi pour les microstructures d’antiquaires ou de galeristes.

Cette situation d’ensemble ne doit pas cependant décourager les jeunes qui seraient attirés par ces métiers de prestige et de passion. Il y a des voies possibles si l’on est persévérant !

Quant aux adultes professionnels issus d’un autre secteur et désirant se reconvertir dans le marché de l’art, ils trouveront dans la mosaïque complexe de ces métiers et les usages peu formalisés de ce secteur, de nombreuses occasions de réinjec- ter leur savoir-faire dans des projets qu’ils pourront modeler en fonction de leurs opportunités et sensibilités artistiques.

Une passion, sinon rien

Cependant, plus qu’un nom ou un diplôme, c’est la passion qui sera le meilleur guide pour ceux qui veulent réussir sur ce marché. La porte est largement ouverte à des talents pas- sionnés et à la soif insatiable d’apprendre. L’art est l’apanage de fins connaisseurs et de professionnels passionnés qui sont aussi disposés à transmettre leurs savoirs à ceux qui veulent l’entendre.Tous ne sont pas diplômés mais chacun continue à se former et à apprendre au gré de l’expérience.Au tout début, on commence à se « faire l’oeil » puis on affirme son propre goût, ses choix artistiques et petit à petit on se spécialise dans un domaine, qui à terme vaudra la reconnaissance des pairs et surtout celle des collectionneurs.

Qu’une oeuvre se vende sous le joug du marteau du commissaire-priseur ou dans l’intimité d’une galerie, c’est l’amour de l’objet et de son histoire qui aura guidé ces professionnels à côtoyer et valoriser au quotidien ces biens si particuliers.

Un guide pratique pour entrer dans le marché

Ce livre se présente sous la forme d’un guide destiné à ceux qui veulent s’intéresser de près aux mécanismes de ce marché si particulier, et souhaitent percer les mystères de ce milieu méconnu qui, contrairement aux apparences, n’est pas réservé à une poignée d’élus. Il permettra notamment d’établir une stratégie de recherche d’emploi.

Méthodologie du livre

Le guide des métiers du marché de l’art est le résultat de différentes investigations : une étude documentaire complète et la réalisation de nombreuses interviews approfondies auprès d’une vingtaine de professionnels reconnus. Mais sa cohérence est rendue possible grâce aux connaissances et compétences personnelles et complémentaires des auteurs qui exercent, chacun à leur façon, une activité professionnelle dans ce milieu avec des niveaux et des expériences différentes.

Les métiers non retenus

Pour respecter le format et la clarté de ce « guide », nous avons choisi de ne pas aborder certains métiers qui sont à la lisière du marché de l’art, comme par exemple celui de « curator » ou « commissaire d’exposition » qui occupent une position char- nière dans la reconnaissance et la promotion des artistes mais ne sont pas directement impliqués dans le négoce artistique.Enfin, quelques mots par rapport au grand absent de ce « guide » : l’artiste. Il est évidemment au cœur de la problématique des métiers du marché de l’art, car sans artiste, pas de négoce ! On a d’ailleurs coutume de dire que nombre d’intermédiaires dans l’art sont des « artistes frustrés » qui se sont reportés sur ces métiers faute de n’avoir su développer leur créativité ou de pouvoir en vivre. L’artiste intervient parfois, comme le collectionneur, sur les choix et la cote d’autres artistes qu’il met en avant. Il conviendrait donc de consacrer un livre entier à ce métier tant sa richesse, sa complexité et ses spécificités mériteraient d’être étudiées en détail. Cependant, même si certains étudiants d’école d’art finissent par exercer uniquement ou conjointement avec leur art, une profession de négoce, l’intention de départ est tout à fait différente et ne rentre donc pas spécifiquement dans le champ des métiers du marché de l’art.

Classification des métiers

Il convient de détailler les corps de métiers en fonction de leur intervention plus ou moins directe sur le marché.

Avec le terme de vente directe (Partie 1), on retiendra les professions qui pratiquent l’achat (marchands, antiquaires, galeristes de second marché) ou participent à la production des pièces (certains galeristes du premier marché) avec l’intention d’une revente générant une plus-value ou d’une vente incluant un commissionnement. Le chapitre regroupant les ventes intermédiaires (Partie 2) décrit les professions qui interviennent en intermédiation et mettent en relation un vendeur et un acheteur sans se porter directement acquéreur. Une partie regroupe les métiers techniques et spécialisés (Partie 3),mettant l’accent sur la compétence et l’approfondissement d’un domaine ou d’une méthodologie d’intervention pour de nombreux inter- venants du marché de l’art. Enfin, à travers le regroupement des métiers de l’événementiel et de la diffusion (Partie 4), on rappelle l’importance de cette dimension de communication et de présentation, rouage essentiel de toute légitimation de la valeur tant artistique qu’économique d’une œuvre.

Statuts des métiers, termes et porosité des activités

On utilise ici les termes qui sont les plus usités pour qualifier les métiers, par exemple, pour les plus connus : commissaire-priseur, expert, antiquaire, galeriste. Il faut cependant savoir que cette séparation n’est pas aussi formelle dans la réalité et que les frontières entre les métiers sont parfois floues, car certains professionnels exercent simultanément différentes activités. Par exemple, l’expert marchand, ou le galeriste qui est aussi courtier, ou bien le courtier également marchand, ou encore le conseiller en art souvent non seulement marchand, mais aussi courtier,voire galeriste... Par ailleurs nombreux sont les profes- sionnels qui pratiquent une activité d’écriture, de journalisme, de recherche, d’exposition ou encore d’enseignement, pour compléter leur légitimité mais aussi plus prosaïquement une rémunération, qui peut être insuffisante par nature ou pendant une période de récession. Et il n’est pas rare de voir un professionnel changer plusieurs fois de métier dans sa carrière, et même souvent, les pratiquer tous ensemble !

Le statut d’exercice de ces métiers varie de l’auto-entrepreneur à de plus grandes structures (ne dépassant cependant jamais, pour la France, la taille d’une PME). Plus la structure est importante, plus elle va faire appel à des compétences que l’on retrouve dans la plupart des entreprises : comptabilité, secrétariat, service juridique, communication, gestion des ressources humaines, organisation et logistique.

Nous n’abordons pas ces métiers transversaux,mais ils peuvent constituer une bonne clef d’entrée dans cet univers, souvent même meilleure que la bonne connaissance artistique.

À vous de jouer !

À chaque métier abordé correspond une formation idéale, le détail des conditions d’exercice (responsabilité, positionnement sur le marché, management), accompagné des fonctions pouvant être occupées au sein de la structure et de la liste des ressources d’informations utiles. Chaque fois que possible, nous citons directement les phrases des professionnels issues des interviews dans des verbatim pour chaque métier.

Nous ne saurions trop vous encourager à vous former, à vous documenter et à vous informer mais aussi à fréquenter les ventes aux enchères, les galeries, les antiquaires, les foires d’art. C’est en rencontrant de nombreux professionnels et en comprenant les conditions d’exercice de leurs métiers et la passion qui les anime, que vous vous donnerez les meilleures chances de pouvoir les accompagner.

C’est maintenant à vous de jouer et n’oubliez jamais que dans le marché de l’art, il faut savoir ouvrir l’oeil, sans avoir froid aux yeux !

PREFACE

Par François DURET-ROBERT, chargé d’enseignement à l’université Paris 1 et auteur du DROIT DU MARCHÉ DE L'ART chez Dalloz


Il m’arrive de dire aux étudiants qui s’interrogent sur leur orientation que s’ils choisissent de travailler dans le marché de l’art, ils auront mille anecdotes à évoquer dans les dîners en ville, tandis que, s’ils décident de passer leurs jours ouvrables dans une entreprise d’aspirateurs ou chez un fabricant de chaussures, ils n’auront pas grand-chose à raconter à leurs voisins de table...

Vous m’objecterez que le but premier d’une activité professionnelle n’est pas d’engranger des historiettes savoureuses pour briller dans les soirées mondaines. Et vous aurez parfaitement raison. Il n’en reste pas moins vrai que le fait est là : il est valorisant de travailler dans le marché de l’art. Mais bien évidemment le prestige que l’on peut en attendre dépend du travail que l’on y effectue, car nombreux sont les métiers du marché de l’art et c’est le grand mérite de Sophie CAVALIERO, Frédéric ELKAÏM, Claire PIRLOT DE CORBION de les avoir inventoriés dans leur ouvrage.Mieux :de les avoir analysés avec compétence et présentés avec clarté. Il est vrai qu'ils font partie du sérail depuis des lustres...

L’on peut se montrer plus précis. Prenons l’exemple de ceux qui vendent des oeuvres d’art. À la lecture du livre, on constate qu’ils n’exercent pas tous le même métier. Les uns président aux ventes publiques aux enchères, tandis que les autres effectuent des ventes de gré à gré, comme disent les juristes.

Les professionnels qui président aux ventes publiques ont une tendance certaine à se considérer comme les aristocrates du marché de l’art. Il est vrai qu'ils peuvent se targuer d’une brillante ascendance. Ne descendent-ils pas, en ligne directe, des « maîtres-priseurs vendeurs de biens meubles » auxquels HENRI II accorda, par un édit de 1556, le monopole des ventes publiques aux enchères ? Avec le temps,ils changèrent plusieurs fois de nom : jurés-priseurs, huissiers-priseurs, commissaires- priseurs (depuis 1758). Les voici devenus « opérateurs de ventes » depuis une loi de juillet 2011. Mais leur mission est restée la même : organiser et diriger les ventes publiques aux enchères.

Les ventes de gré à gré sont celles réalisées par les marchands dans leurs galeries.

Mais,il y a marchands et marchands. Les antiquaires n’apprécient guère qu’on les assimile aux brocanteurs et les galeristes entendent bien se distinguer des marchands de tableaux.

Arrêtons-nous un instant sur la distinction entre marchands de tableaux et galeristes, distinction qui a été proposée par le comité des galeries d’art. Les premiers sont essentiellement des commerçants en ce sens qu'ils achètent des tableaux à des confrères, à des collectionneurs, dans les ventes publiques, pour les revendre (plus cher) à leurs clients. Les seconds méritent d’être qualifiés « d’entrepreneurs », selon l’expression de la sociologue Raymonde MOULIN, dans la mesure où ils ne se contentent pas d’apporter un soutien financier aux artistes, auxquels ils achètent directement des tableaux, mais où ils prennent en charge leur carrière : ils s’efforcent de les lancer, de les rendre célèbres. Bref, d’en faire des artistes « chers ».

On s’accorde à penser que le métier de galeriste a été inventé par Paul DURAND-RUEL qui fut longtemps le seul marchand à soutenir les impressionnistes. Ce qui est certain, c’est qu’il a réussi à en faire des peintres « chers » et même « très chers ». Un exemple, un an après sa mort survenue en 1922, ses héritiers vendirent pour trois millions trois cent mille francs à Duncan PHILLIPS Le Déjeuner des Canotiers, qu'il avait acheté à RENOIR une vingtaine d’années auparavant pour six mille francs.

Si l’on tient compte de la dépréciation de la monnaie, la hausse dépasse 15 000 %.

« Personne ne croit aux experts mais tout le monde les croit » disait Auguste DETOEUF, l’auteur des Propos d’un confiseur. Et peut-être les croit-on un peu trop, car selon la définition de l’un des plus illustres membres de la confrérie, « l’expert, c’est celui qui se trompe moins que les autres ». Une définition particulièrement judicieuse dans le domaine de l’art où la vérité est souvent difficile à découvrir. Et c’est la raison pour laquelle on voit apparaître de plus en plus souvent, à côté de l’expert artistique, l’expert scientifique.

Celui-ci s’efforce, en usant des techniques que lui offre la science, d’établir la véritable date de naissance des œuvres d’art. Et souvent il y parvient. C’est ainsi qu’un expert scientifique a pu démontrer qu'une statue égyptienne qui, selon l’expert artistique, avait vu le jour quelque 1750 ans avant J-C, avait été sculptée avec un ciseau en acier au chrome, lequel a été inventé en 1920... après J-C. Cette statue s’était pourtant vendue pour quelque cinq millions de francs à l’Hôtel Drouot le 10 novembre 1998. Un autre expert scientifique a pu prouver, en procédant à une analyse du métal, qu’une statue de bronze présentée comme datant du Ier siècle avant J-C et adjugée pour 1 800 000 e (plus les frais) dans une vente du Crédit Municipal, le 16 décembre 2004, avait été exécutée « au plus tôt » au XVIIIe siècle.

Est-ce à dire que, dans l’avenir, l’expert artistique devra céder le pas à l’expert scientifique ? C’est peu probable. Car dans le cas du marché des tableaux anciens, l’une des questions qui se pose le plus souvent, est celle de savoir si une peinture est l’oeuvre du maître ou de l’un de ses élèves. Comme l’un et l’autre ont utilisé les mêmes toiles, les mêmes matériaux, la science s’avère impuissante à résoudre le problème. C’est l’oeil qui, seul, peut séparer le bon grain de l’ivraie. Autant dire que l’expert artistique a de beaux jours devant lui.

J’aurais dû dire un mot des autres métiers du marché de l’art. Mais à quoi bon ? Pour tout savoir sur le sujet, il suffit de lire cet ouvrage.

PRESS

N°3 – September/October 2013

Art, travail et passion

“Mêlant la culture aux affaires, le marché de l'art fascine et suscite des vocations, bien qu’il reste encore « opaque et bouillonnant de rumeurs », selon le consultant Benoît Raimbault. Un excellent prétexte pour Lextenso éditions de publier Les métiers du marché de l'art, une passion sinon rien ! Un bréviaire clarifiant les différentes options professionnelles de cet univers où s'échangent les oeuvres d'art...”
read full article »

Author
Sophie CAVALIERO

Format
Second edition
260 pages
15 x 22.5 cm

Released in September 2015

Publisher
GERESO Édition
Les guides pratiques

This content is not available
in English as the book was
published in French only

Press contact


ISBN13:
978-2-35953-171-8

ISBN eBook:
978-2-35953-172-5

Sales price
24 € (print version), 16,99 (ebook)

Order coupon

ABOUT

Le métier Comp & Ben est en constante évolution dans les entreprises françaises. Et dans l'obligation de faire face à un environnement qui exige un contrôle maximum et constant des coûts, les titulaires de cette fonction se professionnalisent de plus en plus afin de préserver un personnel compétent et motivé.

Il ne s'agit plus de voir la rémunération sous l'aspect paie ou masse salariale, mais plutôt comme un levier stratégique de management et de gestion des ressources humaines.

Quel est le profil du Comp & Ben ? Comment construire une matrice d'augmentation des salaires, établir un système de reconnaissance et mieux gérer les avantages sociaux ? Carrière ou rémunération, faut-il choisir ?

À l'appui d'exemples concrets, de fiches pratiques et d'outils à utiliser au quotidien, l'auteure explique à quel moment les généralistes de la fonction RH devront porter la casquette Comp & Ben, quels sont les enjeux pour l'entreprise, ou encore comment motiver les collaborateurs autrement que par le salaire, dans un objectif de réactivité et d'efficacité.

INTRODUCTION

Avoir, monnaie, bien, billet, capital, espèces, finance, fonds, fortune, recette, pognon, oseille, blé, fric... sont autant de termes utilisés pour désigner une même chose: l’argent.

Le sujet « Compensation & Benefits » est un sujet « ressources humaines », où la notion d’argent est omniprésente. Depuis la nuit des temps, l’argent a une place centrale dans le développement de notre civilisation, du troc des premiers âges à la dématérialisation de notre monnaie aujourd’hui, cette notion a été au cœur de la notion de salaire, acte de rétribution à une contribution.

Qu’en est-il du terme salaire ?

Solde, paiement, profit, paie, récompense, indemnité, rémunération, rétribution, cachet, revenu, gain, émoluments, mensualité... Il existe tout autant de mots et d’expressions pour le nommer. Aujourd’hui le salaire représente la rémunération perçue en contrepartie d’un travail effectué au titre d’un contrat de travail. À la lecture de sa définition, on remarque qu’il est aussi récompense ou châtiment. La définition actuelle du terme revêt un caractère positif, en tant que rétribution, mais une définition secondaire renvoie cependant à l’aspect primordial de la motivation qui consiste à faire exécuter à une personne un travail par le moyen du fameux duo « bâton et carotte ».

Salaire de base, augmentations de salaire, accessoires du salaire, compléments du salaire..., autant d’expressions qui sont liées à la politique et aux systèmes de rémunération et montrent que le sujet ne s’arrête pas au simple versement du salaire aux salariés (la paie) mais pose la question de la stratégie de rémunération.

Quels outils de rémunération utiliser ? Pour créer quel comportement chez le salarié ? Comment articuler tous les éléments de rémunération entre eux et à quel coût ?

« À toute tâche proposez en outre un salaire, vous doublez le plaisir de l’accomplir. » Euripide

L’élément clé de ce sujet sera donc la motivation du salarié. Une motivation, pour quoi ? Pour bien faire son travail, pour venir au travail, pour rester dans l’entreprise, pour accomplir un travail supplémentaire, pour trouver des idées originales, pour accompagner les autres salariés, pour manager les autres salariés....

De salaire, on passe rapidement au terme « rémunération », qui est l’acte de paiement de ce salaire et on arrive vite à la conclusion que cette rémunération a une acceptation plus large et peut inclure toutes sortes de rétributions répondant aux besoins et attentes des salariés. On parle alors de rémunération globale, dont une première formalisation, utilisée et connue de toute personne étant amenée à gérer les rémunérations, la pyramide des rémunérations par G. Donnadieu (décrite dans la partie 3). Cette notion de rémunération globale a été aujourd’hui encore élargie et touche tous les domaines des ressources humaines, comme le montre le diagramme ci-contre2. On est bien loin de la première définition énoncée au début de cette introduction.

Cet ouvrage a donc pour objectif de faire découvrir cet univers en passant tout d’abord par une présentation générale du métier de responsable Comp & Ben et de cette discipline spécifique de la gestion des ressources humaines, puis par deux parties, dont la première est la découverte de cette discipline au cœur de la GRH et de ses interactions possibles, et la deuxième, une partie plus pratique, à l’attention des responsables RH, paie ou rémunérations pour mettre en place ces outils Comp & Ben.

PREFACE

Les questions de rémunération sont aujourd’hui plus déterminantes que jamais.
Dans la crise qui se traduit par davantage d’incertitude et de flexibilité et qui s’accompagne d’une crise profonde du leadership, la rémunération prend une dimension stratégique au coeur des problématiques de transformation et de compétitivité.

Dans un contexte où le contrat salarial se dilue, s’affaiblit et s’individualise, les questions d’engagement et de motivation deviennent un élément clé des politiques de ressources humaines et ce, au-delà de la stratégie des organisations.

La rémunération devient l’instrument de gestion central de l’engagement et de la motivation et un levier puissant de la stratégie de l’entreprise pour autant qu’elle soit construite en cohérence avec elle, qu’elle évolue en fonction des objectifs et qu’elle alimente, tout en l’optimisant, le moteur de la performance de l’organisation.

Mais en même temps que leurs enjeux se renforcent, ces questions de rémunération voient leurs formes et leurs instruments se complexifier. La vision d’ensemble, et par conséquent les capacités mêmes des systèmes de rémunération, sont difficiles à obtenir car le sujet est abordé sous des angles différents et segmentés, approché sous ses seuls aspects techniques, rarement sous forme d’un ensemble cohérent au service de la stratégie.

Fiscalité, épargne salariale, individualisation des salaires, marché du travail, négociation salariale, motivation, management de la performance, coûts et compétitivité, frais de personnel, réglementation du travail, flexibilité…, tous ces thèmes relèvent directement de la rémunération. C’est pourtant leur mise en cohérence, le système de motivation et d’incitation qu’ils constituent, les 14 choix et les arbitrages auxquels ils donnent lieu qui font, ou non, une stratégie de rémunération gagnante pour l’entreprise.

C’est tout le mérite de l’ouvrage de Sophie Cavaliero que de livrer une vue d’ensemble de la rémunération, sujet vaste et complexe, en proposant une mise en cohérence de ses différentes formes ainsi que des choix et des pratiques qui permettent de la construire.

Le parti pris de l’ouvrage est celui de la pédagogie, étape indispensable à tous ceux qui veulent remettre en perspective et en cohérence le sujet sous toutes ses formes. Cet exercice permettra à tous de bien garder à l’esprit les fondamentaux pour mieux repenser, reconstruire et inventer les systèmes de rémunération du futur.



Bernard ROMAN
Directeur de la stratégie ING en France
Chargé de cours à ESCP Europe
Auteur de BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RéMUNÉRATION, Dunod, 2010, 2e édition

PRESS
LE BLOG PAR EXPECTRA
N° 10/2013

En matière d’augmentation, les pratiques ont toujours dû s’adapter aux nouvelles réalités, économiques comme sociales. Collectives au cours des Trente glorieuses, puis mixtes (générales et individuelles), « les augmentations sont aujourd’hui presque toujours individuelles, du moins pour les cadres », constate Sophie CAVALIERO.
read full article »

logo_myrhline
myRHline
29/01/2014

« L’objectif est de motiver les salariés en valorisant concrètement tout ce qu’ils perçoivent grâce à leur employeur », explique Sophie Cavaliero, consultante et formatrice en gestion des ressources humaines et auteure de Compensation & Benefits (Editions GERESO, 2014).
read full article »

Les Echos
18/02/2014

Expert en charge des rémunérations et des avantages sociaux au sein de l'entreprise, le responsable Comp & Ben (compensations and benefits) est de plus en plus plébiscité dans les organisations françaises. Pourquoi ? Quel est son rôle ? Ses missions ? Son profil ? Les spécificités et les enjeux de sa fonction ? Dans un ouvrage* paru ces jours-ci, Sophie Cavaliero répond à toutes ces questions...
read full article »

exlusiverh.com
21/02/2014

A qui s'adresse votre ouvrage ?

Les Comp & Ben sont certes un sujet de niche mais ils intéressent une cible plus large que les seuls professionnels RH. C’est le cas des personnes en charge de la gestion sociale, de la paie, de la mobilité internationale, et plus largement des managers qui ne sont pas toujours bien armés pour parler rémunération avec leurs collaborateurs. En tant que formatrice, je constate que ces publics expriment le besoin de remettre à plat les bases d’un métier dont la pratique est souvent le fruit de l’expérience. En somme, cet ouvrage est un guide qui fait le lien entre les bases théoriques des politiques de rémunération et les enjeux stratégiques du management, dans lequel j’ai intégré les enseignements de ma propre expérience opérationnelle. 
read full article »

Les Echos
30/09/2015

« Au fil des années, des avantages comme les titres restaurant, la prévoyance, ou la retraite complémentaire ont pris une importance telle que les employeurs ne peuvent plus les ignorer », assure Sophie Cavaliero, auteur de « Compensation & Benefits » (GERESO Editions 2014)
read full article »

Challenges
15-21/10/2015

« Le monde de l’entreprise bouge, il faut savoir se mettre à jour et ne pas rester attentiste. En termes d’information, il faut identifier exactement ce dont a besoin son entreprise, comprendre sa stratégie et ses objectifs… Le cadre doit être conscient de tout cela pour rester compétitif. » Sophie Cavaliero, experte en rémunérations et management des ressources humaines, auteur de I’ouvrage « Compensation & Beneflts » (editions Gereso)
read full article »

Le Moniteur des Pharmacies
19/03/2016

L'introduction d'une part de variable dans la rémunération peut avoir des vertus dynamisantes. Mais attention ! elle doit s'intégrer aux pratiques managériales. « Si on a peu l'habitude de communiquer, d'évoquer les résultats de l'officine, le changement paraîtra brutal », avertit Marie-Hélène Gauthey, dirigeante d'Atoopharm. Autre précaution : ne pas recourir à cet outil à la place d'une augmentation de salaire : « Quand i! s'agit de récompenser une performance générale, c'est îe fixe qui est concerné », souligne Sophie Cavaliero, consultante chez Gereso.
read full article »


LES MÉTIERS DU
MARCHÉ DE L'ART
Sophie CAVALIERO,
Frédéric ELKAÏM,
Claire PIRLOT DE CORBION
Gualino - Lextenso Éditions
»

COMPENSATION
& BENEFITS
Sophie CAVALIEROGERESO Édition
»

Auteurs
Sophie CAVALIERO
Frédéric ELKAÏM
Claire PIRLOT DE CORBION

Format
184 pages
13,5 x 21 cm

Éditeur
Gualino - Lextenso Éditions
Collection 100 pages
pour comprendre

Relations presse
Savoir-Faire Image & Cie
06 76 89 59 82
presse-lextenso
@savoirfaireimage-rp.com

Prix de vente
19 €

Bon de commande

À PROPOS
Une passion, sinon rien !

Paris, avril 2012 - Trois experts du sérail proposent ce guide pratique LES MÉTIERS DE L’ART à tous ceux qui veulent s’intéresser de près aux mécanismes de ce marché si particulier, et souhaitent percer les mystères de ce milieu méconnu qui, contrairement aux apparences, n’est plus réservé aujourd’hui à une poignée d’élus. Ils dressent un inventaire des métiers et acteurs qui font le marché de l’art aujourd’hui. Au-delà des stéréotypes et des clichés, ils décryptent de manière synthétique et précise chacune de ces mystérieuses professions en laissant, le plus souvent possible, la parole à des acteurs reconnus. Ils clarifient leur situation et leur position respectives car certaines sont imbriquées les unes dans les autres. Dans chaque fiche métier figurent les différentes conditions d’exercices (responsabilité, positionnement sur le marché, management), les différents statuts pour l’exercer, un récapitulatif des compétences spécifiques indispensables assorti d’un plan de formation idéale pour les acquérir, et une liste des ressources d’informations utiles. Un guide pratique qui donne les clés pour comprendre et agir dans cet univers spécialisé où raison rime avec passion comme pour établir une stratégie de recherche d’emploi et ainsi faire carrière dans les métiers de l’art.

Méthodologie du livre

Ce guide des métiers du marché de l’art est le résultat de différentes investigations : une étude documentaire complète et la réalisation de nombreuses interviews approfondies auprès d’une vingtaine de professionnels reconnus. Sa cohérence est la résultante des connaissances et compétences personnelles et complémentaires des trois auteurs qui exercent, chacun à leur façon, une activité professionnelle dans ce milieu avec des niveaux et des expériences différentes.

Auteurs

Sophie CAVALIERO est à la fois consultante en Ressources Humaines et auteure, conciliant art et gestion au travers de sa mission au sein d’« entreprisecontemporaine » (entreprise + art contemporain = du sens autrement).

Frédéric ELKAÏM est actuellement conseiller en art, chargé de la coordination du programme « les clés de l’art et de la collection » pour le Cercle Menus Plaisirs à Genève et fondateur du Cercle franco-suisse des collectionneurs et amateurs d’art.

Claire PIRLOT DE CORBION travaille comme collaboratrice d’un antiquaire en mobilier et objets d’art du XXe siècle dans le Carré Rive Gauche à Paris.

Les 17 thématiques de l’ouvrage

- Vendre une œuvre d’art sur le second marché
- Vendre une œuvre d’art sur le premier marché
- Vendre une œuvre d’art par internet
- Le commissaire-priseur
- Le courtier en art
- Le conseiller en art
- Le consultant en gestion de patrimoines artistiques
- Le décorateur
- Le métier d’expert
- Le métier de spécialiste
- L’historien de l’art
- Transporter et manipuler des œuvres d’art
- Assurer les œuvres d’art
- Les organisateurs de foires et salons
- L’agent d’artiste
- Le critique d’art, le journaliste et l’attaché de presse
- L’enseignement spécialisé

Les auteurs ont choisi une classification des métiers en fonction de leur intervention plus ou moins directe sur le marché :

“Avec le terme de vente directe (partie 1), on retiendra les professions qui pratiquent l’achat (marchands, antiquaires, galeristes de second marché) ou participent à la production des pièces (certains galeristes du premier marché) avec l’intention d’une revente générant une plus-value ou d’une vente incluant un commissionnement. Le chapitre regroupant les ventes intermédiaires (partie 2) décrit les professions qui interviennent en intermédiation et mettent en relation un vendeur et un acheteur sans se porter directement acquéreur. Une partie regroupe les métiers techniques et spécialisés (partie 3), mettant l’accent sur la compétence et l’approfondissement d’un domaine ou d’une méthodologie d’intervention pour de nombreux intervenants du marché de l’art. Enfin, à travers le regroupement des métiers de l’événementiel et de la diffusion (partie 4), on rappelle l’importance de cette dimension de communication et de présentation, rouage essentiel de toute légitimation de la valeur tant artistique qu’économique d’une oeuvre.”

Un guide très vivant qui donne parole à des acteurs reconnus avec la rubrique “Verbatim de ...”

Exemple page 76 avec le commissaire-priseur David NORDMANN (extrait) :

« Je pratique essentiellement les ventes de type volontaire. C’est un privilège. Les ventes judiciaires font appel à d’autres compétences, une autre organisation. Il y a en réalité derrière l’appellation commissaire-priseur, de nombreux métiers différents »

« Mes types de clients (acheteurs) : Collectionneurs, marchands, curieux, amoureux et investisseurs. »

« Dans une maison de ventes de taille moyenne, le commissaire-priseur joue un rôle d’homme-orchestre. Il prend en charge le management, la communication, la collecte et l’évaluation des objets, l’animation et l’organisation des ventes, plus les relations publiques et la gestion. Il est bien entendu essentiel d’être entouré d’une équipe performante dans tous les secteurs. »


Le lecteur appréciera la liste impressionnante des sites internet répertoriés des acteurs du marché de l’art. Un atout et un gain de temps considérable pour effectuer ses recherches personnelles.

INTRODUCTION
Portrait des métiers du marché de l'art

Cet ouvrage dresse un inventaire des principaux métiers et acteurs qui font le marché de l’art aujourd’hui.
Il brosse le portrait, métier par métier, de différents types de professionnels qui œuvrent pour cette même cause qu’est l’art. Il n’existe pas de profil type permettant d’accéder à l’une ou l’autre de ces professions, mais il ne faut pas perdre de vue que les emplois sont difficiles d’accès, car nous sommes souvent face à de très petites entreprises ou des entreprises familiales dans lesquelles le « turnover » est rare.Il en est de même pour la question des salaires qui n’est pas vraiment définie et qui varie en fonction des structures mais qui, au début tout au moins d’une carrière, sont assez faibles, compte tenu de la demande due à l’attractivité de ces métiers.

Il faut noter d’emblée que la concurrence est forte sur chaque emploi proposé et qu’un professionnel préférera souvent em- baucher à diplômes et compétences égaux,un jeune bénéficiant déjà d’un réseau et d’une aisance relationnelle développés.

L'art du réseau, les réseaux de l'art

Toute personne désirant entrer dans ce monde sans avoir des appuis professionnels parmi ses proches ou dans son carnet d’adresses, devra faire preuve de volonté, d’endurance et de passion, et acquérir une expérience au travers de nombreux stages. Dans tous les cas, il est indispensable de développer son réseau pendant la période des études. Afin de clarifier également d’emblée la situation, il est important de noter que nombre d’emplois s’exercent de manière indépendante, ce qui est particulièrement vrai pour les métiers d’intermédiaires (courtiers, experts, agents d’art...), mais aussi pour les microstructures d’antiquaires ou de galeristes.

Cette situation d’ensemble ne doit pas cependant décourager les jeunes qui seraient attirés par ces métiers de prestige et de passion. Il y a des voies possibles si l’on est persévérant !

Quant aux adultes professionnels issus d’un autre secteur et désirant se reconvertir dans le marché de l’art, ils trouveront dans la mosaïque complexe de ces métiers et les usages peu formalisés de ce secteur, de nombreuses occasions de réinjec- ter leur savoir-faire dans des projets qu’ils pourront modeler en fonction de leurs opportunités et sensibilités artistiques.

Une passion, sinon rien

Cependant, plus qu’un nom ou un diplôme, c’est la passion qui sera le meilleur guide pour ceux qui veulent réussir sur ce marché. La porte est largement ouverte à des talents pas- sionnés et à la soif insatiable d’apprendre. L’art est l’apanage de fins connaisseurs et de professionnels passionnés qui sont aussi disposés à transmettre leurs savoirs à ceux qui veulent l’entendre.Tous ne sont pas diplômés mais chacun continue à se former et à apprendre au gré de l’expérience.Au tout début, on commence à se « faire l’oeil » puis on affirme son propre goût, ses choix artistiques et petit à petit on se spécialise dans un domaine, qui à terme vaudra la reconnaissance des pairs et surtout celle des collectionneurs.

Qu’une oeuvre se vende sous le joug du marteau du commissaire-priseur ou dans l’intimité d’une galerie, c’est l’amour de l’objet et de son histoire qui aura guidé ces professionnels à côtoyer et valoriser au quotidien ces biens si particuliers.

Un guide pratique pour entrer dans le marché

Ce livre se présente sous la forme d’un guide destiné à ceux qui veulent s’intéresser de près aux mécanismes de ce marché si particulier, et souhaitent percer les mystères de ce milieu méconnu qui, contrairement aux apparences, n’est pas réservé à une poignée d’élus. Il permettra notamment d’établir une stratégie de recherche d’emploi.

Méthodologie du livre

Le guide des métiers du marché de l’art est le résultat de différentes investigations : une étude documentaire complète et la réalisation de nombreuses interviews approfondies auprès d’une vingtaine de professionnels reconnus. Mais sa cohérence est rendue possible grâce aux connaissances et compétences personnelles et complémentaires des auteurs qui exercent, chacun à leur façon, une activité professionnelle dans ce milieu avec des niveaux et des expériences différentes.

Les métiers non retenus

Pour respecter le format et la clarté de ce « guide », nous avons choisi de ne pas aborder certains métiers qui sont à la lisière du marché de l’art, comme par exemple celui de « curator » ou « commissaire d’exposition » qui occupent une position char- nière dans la reconnaissance et la promotion des artistes mais ne sont pas directement impliqués dans le négoce artistique.Enfin, quelques mots par rapport au grand absent de ce « guide » : l’artiste. Il est évidemment au cœur de la problématique des métiers du marché de l’art, car sans artiste, pas de négoce ! On a d’ailleurs coutume de dire que nombre d’intermédiaires dans l’art sont des « artistes frustrés » qui se sont reportés sur ces métiers faute de n’avoir su développer leur créativité ou de pouvoir en vivre. L’artiste intervient parfois, comme le collectionneur, sur les choix et la cote d’autres artistes qu’il met en avant. Il conviendrait donc de consacrer un livre entier à ce métier tant sa richesse, sa complexité et ses spécificités mériteraient d’être étudiées en détail. Cependant, même si certains étudiants d’école d’art finissent par exercer uniquement ou conjointement avec leur art, une profession de négoce, l’intention de départ est tout à fait différente et ne rentre donc pas spécifiquement dans le champ des métiers du marché de l’art.

Classification des métiers

Il convient de détailler les corps de métiers en fonction de leur intervention plus ou moins directe sur le marché.

Avec le terme de vente directe (Partie 1), on retiendra les professions qui pratiquent l’achat (marchands, antiquaires, galeristes de second marché) ou participent à la production des pièces (certains galeristes du premier marché) avec l’intention d’une revente générant une plus-value ou d’une vente incluant un commissionnement. Le chapitre regroupant les ventes intermédiaires (Partie 2) décrit les professions qui interviennent en intermédiation et mettent en relation un vendeur et un acheteur sans se porter directement acquéreur. Une partie regroupe les métiers techniques et spécialisés (Partie 3),mettant l’accent sur la compétence et l’approfondissement d’un domaine ou d’une méthodologie d’intervention pour de nombreux inter- venants du marché de l’art. Enfin, à travers le regroupement des métiers de l’événementiel et de la diffusion (Partie 4), on rappelle l’importance de cette dimension de communication et de présentation, rouage essentiel de toute légitimation de la valeur tant artistique qu’économique d’une œuvre.

Statuts des métiers, termes et porosité des activités

On utilise ici les termes qui sont les plus usités pour qualifier les métiers, par exemple, pour les plus connus : commissaire-priseur, expert, antiquaire, galeriste. Il faut cependant savoir que cette séparation n’est pas aussi formelle dans la réalité et que les frontières entre les métiers sont parfois floues, car certains professionnels exercent simultanément différentes activités. Par exemple, l’expert marchand, ou le galeriste qui est aussi courtier, ou bien le courtier également marchand, ou encore le conseiller en art souvent non seulement marchand, mais aussi courtier,voire galeriste... Par ailleurs nombreux sont les profes- sionnels qui pratiquent une activité d’écriture, de journalisme, de recherche, d’exposition ou encore d’enseignement, pour compléter leur légitimité mais aussi plus prosaïquement une rémunération, qui peut être insuffisante par nature ou pendant une période de récession. Et il n’est pas rare de voir un professionnel changer plusieurs fois de métier dans sa carrière, et même souvent, les pratiquer tous ensemble !

Le statut d’exercice de ces métiers varie de l’auto-entrepreneur à de plus grandes structures (ne dépassant cependant jamais, pour la France, la taille d’une PME). Plus la structure est importante, plus elle va faire appel à des compétences que l’on retrouve dans la plupart des entreprises : comptabilité, secrétariat, service juridique, communication, gestion des ressources humaines, organisation et logistique.

Nous n’abordons pas ces métiers transversaux,mais ils peuvent constituer une bonne clef d’entrée dans cet univers, souvent même meilleure que la bonne connaissance artistique.

À vous de jouer !

À chaque métier abordé correspond une formation idéale, le détail des conditions d’exercice (responsabilité, positionnement sur le marché, management), accompagné des fonctions pouvant être occupées au sein de la structure et de la liste des ressources d’informations utiles. Chaque fois que possible, nous citons directement les phrases des professionnels issues des interviews dans des verbatim pour chaque métier.

Nous ne saurions trop vous encourager à vous former, à vous documenter et à vous informer mais aussi à fréquenter les ventes aux enchères, les galeries, les antiquaires, les foires d’art. C’est en rencontrant de nombreux professionnels et en comprenant les conditions d’exercice de leurs métiers et la passion qui les anime, que vous vous donnerez les meilleures chances de pouvoir les accompagner.

C’est maintenant à vous de jouer et n’oubliez jamais que dans le marché de l’art, il faut savoir ouvrir l’oeil, sans avoir froid aux yeux !

PRÉFACE

Par François DURET-ROBERT, chargé d’enseignement à l’université Paris 1 et auteur du DROIT DU MARCHÉ DE L'ART chez Dalloz


Il m’arrive de dire aux étudiants qui s’interrogent sur leur orientation que s’ils choisissent de travailler dans le marché de l’art, ils auront mille anecdotes à évoquer dans les dîners en ville, tandis que, s’ils décident de passer leurs jours ouvrables dans une entreprise d’aspirateurs ou chez un fabricant de chaussures, ils n’auront pas grand-chose à raconter à leurs voisins de table...

Vous m’objecterez que le but premier d’une activité professionnelle n’est pas d’engranger des historiettes savoureuses pour briller dans les soirées mondaines. Et vous aurez parfaitement raison. Il n’en reste pas moins vrai que le fait est là : il est valorisant de travailler dans le marché de l’art. Mais bien évidemment le prestige que l’on peut en attendre dépend du travail que l’on y effectue, car nombreux sont les métiers du marché de l’art et c’est le grand mérite de Sophie CAVALIERO, Frédéric ELKAÏM, Claire PIRLOT DE CORBION de les avoir inventoriés dans leur ouvrage.Mieux :de les avoir analysés avec compétence et présentés avec clarté. Il est vrai qu'ils font partie du sérail depuis des lustres...

L’on peut se montrer plus précis. Prenons l’exemple de ceux qui vendent des oeuvres d’art. À la lecture du livre, on constate qu’ils n’exercent pas tous le même métier. Les uns président aux ventes publiques aux enchères, tandis que les autres effectuent des ventes de gré à gré, comme disent les juristes.

Les professionnels qui président aux ventes publiques ont une tendance certaine à se considérer comme les aristocrates du marché de l’art. Il est vrai qu'ils peuvent se targuer d’une brillante ascendance. Ne descendent-ils pas, en ligne directe, des « maîtres-priseurs vendeurs de biens meubles » auxquels HENRI II accorda, par un édit de 1556, le monopole des ventes publiques aux enchères ? Avec le temps,ils changèrent plusieurs fois de nom : jurés-priseurs, huissiers-priseurs, commissaires- priseurs (depuis 1758). Les voici devenus « opérateurs de ventes » depuis une loi de juillet 2011. Mais leur mission est restée la même : organiser et diriger les ventes publiques aux enchères.

Les ventes de gré à gré sont celles réalisées par les marchands dans leurs galeries.

Mais,il y a marchands et marchands. Les antiquaires n’apprécient guère qu’on les assimile aux brocanteurs et les galeristes entendent bien se distinguer des marchands de tableaux.

Arrêtons-nous un instant sur la distinction entre marchands de tableaux et galeristes, distinction qui a été proposée par le comité des galeries d’art. Les premiers sont essentiellement des commerçants en ce sens qu'ils achètent des tableaux à des confrères, à des collectionneurs, dans les ventes publiques, pour les revendre (plus cher) à leurs clients. Les seconds méritent d’être qualifiés « d’entrepreneurs », selon l’expression de la sociologue Raymonde MOULIN, dans la mesure où ils ne se contentent pas d’apporter un soutien financier aux artistes, auxquels ils achètent directement des tableaux, mais où ils prennent en charge leur carrière : ils s’efforcent de les lancer, de les rendre célèbres. Bref, d’en faire des artistes « chers ».

On s’accorde à penser que le métier de galeriste a été inventé par Paul DURAND-RUEL qui fut longtemps le seul marchand à soutenir les impressionnistes. Ce qui est certain, c’est qu’il a réussi à en faire des peintres « chers » et même « très chers ». Un exemple, un an après sa mort survenue en 1922, ses héritiers vendirent pour trois millions trois cent mille francs à Duncan PHILLIPS Le Déjeuner des Canotiers, qu'il avait acheté à RENOIR une vingtaine d’années auparavant pour six mille francs.

Si l’on tient compte de la dépréciation de la monnaie, la hausse dépasse 15 000 %.

« Personne ne croit aux experts mais tout le monde les croit » disait Auguste DETOEUF, l’auteur des Propos d’un confiseur. Et peut-être les croit-on un peu trop, car selon la définition de l’un des plus illustres membres de la confrérie, « l’expert, c’est celui qui se trompe moins que les autres ». Une définition particulièrement judicieuse dans le domaine de l’art où la vérité est souvent difficile à découvrir. Et c’est la raison pour laquelle on voit apparaître de plus en plus souvent, à côté de l’expert artistique, l’expert scientifique.

Celui-ci s’efforce, en usant des techniques que lui offre la science, d’établir la véritable date de naissance des œuvres d’art. Et souvent il y parvient. C’est ainsi qu’un expert scientifique a pu démontrer qu'une statue égyptienne qui, selon l’expert artistique, avait vu le jour quelque 1750 ans avant J-C, avait été sculptée avec un ciseau en acier au chrome, lequel a été inventé en 1920... après J-C. Cette statue s’était pourtant vendue pour quelque cinq millions de francs à l’Hôtel Drouot le 10 novembre 1998. Un autre expert scientifique a pu prouver, en procédant à une analyse du métal, qu’une statue de bronze présentée comme datant du Ier siècle avant J-C et adjugée pour 1 800 000 e (plus les frais) dans une vente du Crédit Municipal, le 16 décembre 2004, avait été exécutée « au plus tôt » au XVIIIe siècle.

Est-ce à dire que, dans l’avenir, l’expert artistique devra céder le pas à l’expert scientifique ? C’est peu probable. Car dans le cas du marché des tableaux anciens, l’une des questions qui se pose le plus souvent, est celle de savoir si une peinture est l’oeuvre du maître ou de l’un de ses élèves. Comme l’un et l’autre ont utilisé les mêmes toiles, les mêmes matériaux, la science s’avère impuissante à résoudre le problème. C’est l’oeil qui, seul, peut séparer le bon grain de l’ivraie. Autant dire que l’expert artistique a de beaux jours devant lui.

J’aurais dû dire un mot des autres métiers du marché de l’art. Mais à quoi bon ? Pour tout savoir sur le sujet, il suffit de lire cet ouvrage.

PRESSE

N°3 – septembre/octobre 2013

Art, travail et passion

“Mêlant la culture aux affaires, le marché de l'art fascine et suscite des vocations, bien qu’il reste encore « opaque et bouillonnant de rumeurs », selon le consultant Benoît Raimbault. Un excellent prétexte pour Lextenso éditions de publier Les métiers du marché de l'art, une passion sinon rien ! Un bréviaire clarifiant les différentes options professionnelles de cet univers où s'échangent les oeuvres d'art...”
lisez l'article complet »

Auteure
Sophie CAVALIERO

Format
2ème édition
260 pages, broché
15 x 22.5 cm

Parution septembre 2015

Éditeur
GERESO Édition
Collection Les guides pratiques

Relations presse


ISBN13 :
978-2-35953-171-8

ISBN eBook :
978-2-35953-172-5

Prix de vente
24 € (papier), 16,99 (eBook)

Bon de commande

À PROPOS

Le métier Comp & Ben est en constante évolution dans les entreprises françaises. Et dans l'obligation de faire face à un environnement qui exige un contrôle maximum et constant des coûts, les titulaires de cette fonction se professionnalisent de plus en plus afin de préserver un personnel compétent et motivé.

Il ne s'agit plus de voir la rémunération sous l'aspect paie ou masse salariale, mais plutôt comme un levier stratégique de management et de gestion des ressources humaines.

Quel est le profil du Comp & Ben ? Comment construire une matrice d'augmentation des salaires, établir un système de reconnaissance et mieux gérer les avantages sociaux ? Carrière ou rémunération, faut-il choisir ?

À l'appui d'exemples concrets, de fiches pratiques et d'outils à utiliser au quotidien, l'auteure explique à quel moment les généralistes de la fonction RH devront porter la casquette Comp & Ben, quels sont les enjeux pour l'entreprise, ou encore comment motiver les collaborateurs autrement que par le salaire, dans un objectif de réactivité et d'efficacité.

INTRODUCTION

Avoir, monnaie, bien, billet, capital, espèces, finance, fonds, fortune, recette, pognon, oseille, blé, fric... sont autant de termes utilisés pour désigner une même chose: l’argent.

Le sujet « Compensation & Benefits » est un sujet « ressources humaines », où la notion d’argent est omniprésente. Depuis la nuit des temps, l’argent a une place centrale dans le développement de notre civilisation, du troc des premiers âges à la dématérialisation de notre monnaie aujourd’hui, cette notion a été au cœur de la notion de salaire, acte de rétribution à une contribution.

Qu’en est-il du terme salaire ?

Solde, paiement, profit, paie, récompense, indemnité, rémunération, rétribution, cachet, revenu, gain, émoluments, mensualité... Il existe tout autant de mots et d’expressions pour le nommer. Aujourd’hui le salaire représente la rémunération perçue en contrepartie d’un travail effectué au titre d’un contrat de travail. À la lecture de sa définition, on remarque qu’il est aussi récompense ou châtiment. La définition actuelle du terme revêt un caractère positif, en tant que rétribution, mais une définition secondaire renvoie cependant à l’aspect primordial de la motivation qui consiste à faire exécuter à une personne un travail par le moyen du fameux duo « bâton et carotte ».

Salaire de base, augmentations de salaire, accessoires du salaire, compléments du salaire..., autant d’expressions qui sont liées à la politique et aux systèmes de rémunération et montrent que le sujet ne s’arrête pas au simple versement du salaire aux salariés (la paie) mais pose la question de la stratégie de rémunération.

Quels outils de rémunération utiliser ? Pour créer quel comportement chez le salarié ? Comment articuler tous les éléments de rémunération entre eux et à quel coût ?

« À toute tâche proposez en outre un salaire, vous doublez le plaisir de l’accomplir. » Euripide

L’élément clé de ce sujet sera donc la motivation du salarié. Une motivation, pour quoi ? Pour bien faire son travail, pour venir au travail, pour rester dans l’entreprise, pour accomplir un travail supplémentaire, pour trouver des idées originales, pour accompagner les autres salariés, pour manager les autres salariés....

De salaire, on passe rapidement au terme « rémunération », qui est l’acte de paiement de ce salaire et on arrive vite à la conclusion que cette rémunération a une acceptation plus large et peut inclure toutes sortes de rétributions répondant aux besoins et attentes des salariés. On parle alors de rémunération globale, dont une première formalisation, utilisée et connue de toute personne étant amenée à gérer les rémunérations, la pyramide des rémunérations par G. Donnadieu (décrite dans la partie 3). Cette notion de rémunération globale a été aujourd’hui encore élargie et touche tous les domaines des ressources humaines, comme le montre le diagramme ci-contre2. On est bien loin de la première définition énoncée au début de cette introduction.

Cet ouvrage a donc pour objectif de faire découvrir cet univers en passant tout d’abord par une présentation générale du métier de responsable Comp & Ben et de cette discipline spécifique de la gestion des ressources humaines, puis par deux parties, dont la première est la découverte de cette discipline au cœur de la GRH et de ses interactions possibles, et la deuxième, une partie plus pratique, à l’attention des responsables RH, paie ou rémunérations pour mettre en place ces outils Comp & Ben.

PRÉFACE

Les questions de rémunération sont aujourd’hui plus déterminantes que jamais.
Dans la crise qui se traduit par davantage d’incertitude et de flexibilité et qui s’accompagne d’une crise profonde du leadership, la rémunération prend une dimension stratégique au coeur des problématiques de transformation et de compétitivité.

Dans un contexte où le contrat salarial se dilue, s’affaiblit et s’individualise, les questions d’engagement et de motivation deviennent un élément clé des politiques de ressources humaines et ce, au-delà de la stratégie des organisations.

La rémunération devient l’instrument de gestion central de l’engagement et de la motivation et un levier puissant de la stratégie de l’entreprise pour autant qu’elle soit construite en cohérence avec elle, qu’elle évolue en fonction des objectifs et qu’elle alimente, tout en l’optimisant, le moteur de la performance de l’organisation.

Mais en même temps que leurs enjeux se renforcent, ces questions de rémunération voient leurs formes et leurs instruments se complexifier. La vision d’ensemble, et par conséquent les capacités mêmes des systèmes de rémunération, sont difficiles à obtenir car le sujet est abordé sous des angles différents et segmentés, approché sous ses seuls aspects techniques, rarement sous forme d’un ensemble cohérent au service de la stratégie.

Fiscalité, épargne salariale, individualisation des salaires, marché du travail, négociation salariale, motivation, management de la performance, coûts et compétitivité, frais de personnel, réglementation du travail, flexibilité…, tous ces thèmes relèvent directement de la rémunération. C’est pourtant leur mise en cohérence, le système de motivation et d’incitation qu’ils constituent, les 14 choix et les arbitrages auxquels ils donnent lieu qui font, ou non, une stratégie de rémunération gagnante pour l’entreprise.

C’est tout le mérite de l’ouvrage de Sophie Cavaliero que de livrer une vue d’ensemble de la rémunération, sujet vaste et complexe, en proposant une mise en cohérence de ses différentes formes ainsi que des choix et des pratiques qui permettent de la construire.

Le parti pris de l’ouvrage est celui de la pédagogie, étape indispensable à tous ceux qui veulent remettre en perspective et en cohérence le sujet sous toutes ses formes. Cet exercice permettra à tous de bien garder à l’esprit les fondamentaux pour mieux repenser, reconstruire et inventer les systèmes de rémunération du futur.



Bernard ROMAN
Directeur de la stratégie ING en France
Chargé de cours à ESCP Europe
Auteur de BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RéMUNÉRATION, Dunod, 2010, 2e édition

PRESSE
LE BLOG PAR EXPECTRA
N° 10/2013

En matière d’augmentation, les pratiques ont toujours dû s’adapter aux nouvelles réalités, économiques comme sociales. Collectives au cours des Trente glorieuses, puis mixtes (générales et individuelles), « les augmentations sont aujourd’hui presque toujours individuelles, du moins pour les cadres », constate Sophie CAVALIERO.
lisez l'article complet »

myRHline
29/01/2014

« L’objectif est de motiver les salariés en valorisant concrètement tout ce qu’ils perçoivent grâce à leur employeur », explique Sophie Cavaliero, consultante et formatrice en gestion des ressources humaines et auteure de Compensation & Benefits (Editions GERESO, 2014).
lisez l'article complet »

Les Echos
18/02/2014

Expert en charge des rémunérations et des avantages sociaux au sein de l'entreprise, le responsable Comp & Ben (compensations and benefits) est de plus en plus plébiscité dans les organisations françaises. Pourquoi ? Quel est son rôle ? Ses missions ? Son profil ? Les spécificités et les enjeux de sa fonction ? Dans un ouvrage* paru ces jours-ci, Sophie Cavaliero répond à toutes ces questions...
lisez l'article complet »

exlusiverh.com
21/02/2014

A qui s'adresse votre ouvrage ?

Les Comp & Ben sont certes un sujet de niche mais ils intéressent une cible plus large que les seuls professionnels RH. C’est le cas des personnes en charge de la gestion sociale, de la paie, de la mobilité internationale, et plus largement des managers qui ne sont pas toujours bien armés pour parler rémunération avec leurs collaborateurs. En tant que formatrice, je constate que ces publics expriment le besoin de remettre à plat les bases d’un métier dont la pratique est souvent le fruit de l’expérience. En somme, cet ouvrage est un guide qui fait le lien entre les bases théoriques des politiques de rémunération et les enjeux stratégiques du management, dans lequel j’ai intégré les enseignements de ma propre expérience opérationnelle. 
lisez l'article complet »

Les Echos
30/09/2015

« Au fil des années, des avantages comme les titres restaurant, la prévoyance, ou la retraite complémentaire ont pris une importance telle que les employeurs ne peuvent plus les ignorer », assure Sophie Cavaliero, auteur de « Compensation & Benefits » (GERESO Editions 2014)
lisez l'article complet »

Challenges
15-21/10/2015

« Le monde de l’entreprise bouge, il faut savoir se mettre à jour et ne pas rester attentiste. En termes d’information, il faut identifier exactement ce dont a besoin son entreprise, comprendre sa stratégie et ses objectifs… Le cadre doit être conscient de tout cela pour rester compétitif. » Sophie Cavaliero, experte en rémunérations et management des ressources humaines, auteur de I’ouvrage « Compensation & Beneflts » (editions Gereso)
lisez l'article complet »

Le Moniteur des Pharmacies
19/03/2016

L'introduction d'une part de variable dans la rémunération peut avoir des vertus dynamisantes. Mais attention ! elle doit s'intégrer aux pratiques managériales. « Si on a peu l'habitude de communiquer, d'évoquer les résultats de l'officine, le changement paraîtra brutal », avertit Marie-Hélène Gauthey, dirigeante d'Atoopharm. Autre précaution : ne pas recourir à cet outil à la place d'une augmentation de salaire : « Quand i! s'agit de récompenser une performance générale, c'est îe fixe qui est concerné », souligne Sophie Cavaliero, consultante chez Gereso.
read full article »

Biography

Based in Paris, Sophie CAVALIERO is both a consultant in Human Resources (HR) Management and author.

Her first book NOUVELLE GARDE, released in October 2011 by the publisher Le Lézard Noir was the result of two years of research especially while looking for new art works for her collection of Japanese contemporary art. This book is now a reference in France if you wish to know more about the Japanese contemporary art.

RÉVÉLATIONS, her second book released in September 2013 by the same publishers, is a follow-up of her researches, but this time focused on Japanese contemporary photography. Her partnership with Valérie Douniaux will have follow-up with a third edition planned for 2016 on contemporary Japanese ceramics.

Sophie CAVALIERO also writes books in the field of management. She participated in a collective writing on defining jobs of the art business. This collective book has been released in April 2013 under the title LES MÉTIERS DU MARCHÉ DE L'ART by the publisher Gualino Editions. In 2014 in the field of HR, she released the book COMPENSATION & BENEFITS (published by GERESO) about Comp & Ben jobs and compensation policies.

In addition Sophie CAVALIERO wrote the texts of a children book, titled CHA LA LA, illustrated by the drawings of Haruna KISHI. The book has been released in november 2014 by the publisher Le Petit Lézard.

Biographie

Basée à Paris, Sophie CAVALIERO est à la fois consultante en Management des Ressources Humaines (RH) et auteure.

Son premier livre NOUVELLE GARDE, paru fin 2011 aux Éditions Le Lézard Noir, fut le résultat de deux ans de recherches notamment au travers de ses activités en tant que collectionneuse d’art contemporain japonais. Cet ouvrage est maintenant une référence sur l’art contemporain japonais en France.

RÉVÉLATIONS, son deuxième ouvrage paru en septembre 2013 aux mêmes éditions complète ses découvertes initiales avec un focus sur la photographie japonaise contemporaine. Le partenariat avec Valérie Douniaux pour ce deuxième ouvrage aura un dernier opus prévu pour 2016 sur la céramique japonaise contemporaine.

Sophie CAVALIERO écrit aussi des livres dans le domaine du management. Elle a participé à un ouvrage collectif sur la définition des métiers sur le marché de l’art. L’ouvrage est paru en avril 2013 sous le titre LES MÉTIERS DU MARCHÉ DE L'ART aux éditions Gualino. En 2014, dans le cadre de ses activité RH, elle présente son dernier ouvrage sur la fonction Comp & Ben et les politiques de rémunérations sous le titre COMPENSATION & BENEFITS aux éditions GERESO. Une seconde édition est préevue pour bientôt.

Ces différentes publications sont complétées par un livre pour enfant, CHA LA LA sorti en novembre 2014 aux Éditions Le Petit Lézard, pour lequel Sophie CAVALIERO a écrit les textes en regard des illustrations de l’artiste Haruna KISHI.